A l'autre bout du bout du monde

Deux individus, deux mêmes rêves, une rencontre en Martinique puis un projet qui se concrétise ensemble : partir voyager à travers l'Amérique du Sud au gré de nos envies et de nos rencontres. Suivez nous: c'est parti pour l'aventure!!! ..................................... ..................................................................

Trujillo - Huanchaco (20-23 Juin)

 
Initialement, nous avions prévu de nous rendre directement en Equateur depuis Huaraz. Mais les quatre bus à prendre (et 24H de route) s'enchaînaient mal. Nous avons donc décidé de faire une halte sur le trajet, notre dernière au Pérou, et nous avons choisi Huanchaco. Nous espérons y avoir un peu plus de chaleur que nous avions eu ces derniers temps, et puis poser la tente avec vue sur la mer, c'est chouette.
 
Après sept heures de bus depuis Huaraz (en passant par Chimbote où une forte odeur de farine de poisson nous a vite donné envie de déguerpir!), nous arrivons à Trujillo, grosse ville de 850 000 habitants sur la côte Ouest du Nord du Pérou. Nous prenons direct un colectivo qui nous emmène à Huanchaco, petite station balnéaire tranquille à 15 minutes de Trujillo. 
 
Le ciel est gris, recouvert d'une épaisse brume qui attriste un peu le décor. Cette brume s'appelle la guara. Elle se forme à cause de la rencontre du courant froid marin de Humboldt, et de l'air chaud côtier. On la voit tout le long de la côte, et surtout à Lima. Nous espérions ne pas la retrouver là!
 
A l'entrée de Huanchaco, on aperçoit déjà les gros rouleaux du Pacifique et une immense plage (toujours rien n'a envier aux Antilles). Le bord est étonnemment bien aménagé et les maisons sont baricadées. Il y a plein d'hostels, restos... pas de doute, nous sommes dans une station balnéaire touristique, ça change du Pérou qu'on connait!
 
Nous filons direct à l'hostel-camping Naylamp où nous posons notre tente dans un mignon jardin pour 10 soles chacun. Ca sent la tranquilité, nous sommes les seuls! Nous avons aussi une cuisine à dispo, parfait pour changer un peu du poulet au riz. Nous nous voyons déjà rester là quelques jours, au calme... c'était sans compter sur un groupe de touristes insomniaques qui avaient prévu de squatter le camping toute la nuit. A 5H30 du mat', y'en a un qui se met à dégueuler pas très loin... humm!
 
Le lendemain, nous allons déguster les produits de la mer, notamment un bon céviche (note de rappel si vous voulez tester: poisson cru mariné dans du citron, du piment, servi avec beaucoup d'oignons, du maïs, et quelques rondelles de patates douces, un délice!) et du riz aux fruits de mer, hum!
 
Nous profitons de notre journée tranquille pour continuer nos recherches et préparer nos trois derniers mois en Equateur. Comme vous le savez peut-être, nous avons pris nos billets d'avion retour (et oui, il faut bien rentrer un jour!), et la date est prévue pour mi-Septembre, un an pile! Nous n'avons guère eu le choix, le prix des billets étant bien trop élevés avant cette date. Notre budget se resserre donc doucement, et pour tenir jusqu'à cette date, il nous faut vivre encore plus "cheap" en Equateur! Etant donné qu'il nous reste aussi du temps pour visiter ce petit pays qui mesure la moitié de la France, nous songeons à faire du volontariat. Nous nous sommes lancés dans des recherches, notamment du wwoofing qui consiste à travailler dans des fermes bio pour la plupart, en échange d'un lit et de la nourriture. Pour ça, il faut s'inscrire sur le site et payer 8 euros afin d'accéder à la liste de wwoofing Equateur. Ceci est une belle arnaque puisqu'après avoir contacté une dizaine de fermes, une nous a répondu qu'elle ne prenait plus de wwoofer, une autre nous a dit qu'elle avait déjà assez de wwoofers. Un troisième nous a répondu positivement, à condition de venir un mois au lieu de deux semaines mentionnées sur le site. Aucune autre ne nous a répondu. Merci wwoofing! Nous avons finalement accepté d'aller un mois chez le troisième, qui, depuis, ne nous a rien reconfirmé, aucune nouvelle malgré nos relances, ça tombe à l'eau.
 
Nous avons continué nos recherches pour du volontariat ce coup-ci, en se disant qu'il y a bien un endroit en Equateur, où quelqu'un serait près à recevoir nos services. Nous en avons trouvé des missions de volontariat. Le problème, c'est qu'ils se font financer par les volontaires. Ce qui signifie qu'en plus d'aller travailler avec eux, il faut s'héberger, se payer sa bouffe, et pour beaucoup, payer en plus genre 100 dollars la semaine par personne. Donc en gros, il faut payer pour travailler. 
 
Nous avons refusé un volontariat comme cela, en expliquant gentillement les choses au monsieur. On le remercie finalement car celui-ci nous a filé un bon plan, un vrai! Une famille habitant en Amazonie Equatorienne, prête à accueillir des gens (leur contact est d'ailleurs sur Couchsurfing), à leur faire découvrir leur ferme, leur travail, la forêt (la méditation aussi, attention). Leur réponse a été positive, et nous sommes donc attendus fin Août, pour une à deux semaines chez eux! Fin Août car nous avons prévu de passer en Amazonie (enfin!) juste avant de repartir. Et oui, nous voulions aller en Amazonie Péruvienne à Iquitos (mais 8 jours de bateau aller-retour et des tours à prix excessifs) puis avons finalement opté pour un séjour en Amazonie Equatorienne. Et celui-ci s'annonce déjà bien!
 
D'ici là, nous continuons nos recherches d'autres bons plans volontariat et de couchsurfing!
 
J'en reviens à notre séjour à Huanchaco. Après cette calme journée, nous nous endormons paisiblement dans notre camping sans personne. Quand soudain nous sommes réveillés vers minuit par un mec qui chante, dans le salon ouvert près de la cuisine. Sa manière de chanter nous fait un peu flipper. Il chante dans une langue incompréhensible, d'une façon très monotone et très répétitive. On dirait qu'il y a une secte juste à côté. Ce n'est pas fort, mais quand même, c'est très étrange. D'autant plus que nous sommes les seuls à avoir planter la tente. Qui sont ces gens qui viennent méditer à minuit, et ce pendant une bonne partie de la nuit?
 
Guillaume va voir le surveillant du camping qui nous fait croire au début qu'il n'y a personne, puis nous dit finalement que ce sont des gens de l'hostel "qui ont payé". Rien d'autre... Ca n'a pas l'air de le préoccuper...
 
Le lendemain, nous allons tout de même toucher un mot à la réceptionniste, qui nous confirme qu'il s'agit d'un shaman! Mais apparemment, elle l'a prévenu et il ne viendra pas ce soir... mouais. Shaman ou pas, il va arrêter de nous casser les oreilles la nuit!
 
Ce jour là, nous partons nous balader à Trujillo. Le centre ville est très mignon, avec des maisons coloniales de toutes les couleurs autour de la place.
 
 
 
 
 
 
 
 
Nous dégustons encore une fois un bon céviche, un vrai! Puis prenons nos billets de bus pour demain, direction l'Equateur!
 
De retour à Huanchaco, petite balade sur le bord de mer.
 
 
 
 
 
Un homme sur son caballito de totora (embarcation en roseau) rame en luttant contre les vagues pour aller pêcher.
 
 
 
Puis, de retour au camping nous nous préparons des pastas, avant d'aller nous coucher et d'avoir de nouveau droit à des chants de shaman. Nous sommes blasés de ces gens qui n'en ont rien à foutre de venir faire leur bordel chaque nuit dans le camping et quitterons les lieux le lendemain, après un bon brunch, sans broncher.
 
 
Le Pérou, c'est déjà fini aussi... Direction l'Equateur, notre dernier pays!
 


Publié à 22:16, le 28/06/2013, dans Perou, Huanchaco
Mots clefs : trujilloplagecamping


{ Page précédente } { Page 2 sur 14 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



Rubriques

Argentine
Avant le depart
Bolivie
Bresil
Chili
Equateur
Guyane
Paraguay
Perou
Preparatifs
Uruguay

Derniers articles

Articles Equateur

Sites favoris

Blog d'Aurélie et Yannick

Amis