A l'autre bout du bout du monde

Deux individus, deux mêmes rêves, une rencontre en Martinique puis un projet qui se concrétise ensemble : partir voyager à travers l'Amérique du Sud au gré de nos envies et de nos rencontres. Suivez nous: c'est parti pour l'aventure!!! ..................................... ..................................................................

Missions jésuites (7-10 Novembre)

Après 2 journées passées autour des chutes, nous prenons la direction de San Ignacio, petite ville du nord argentin. Nous passons là-bas pour y visiter les ruines d'une ancienne mission jésuite, San Ignacio Mini. Puis ensuite, nous prendrons la direction du Paraguay pour les ruines d'une autre mission jésuite, celle de Trinidad.

Mais tout d'abord, qu'est ce qu'une mission jésuite?
 
En Amérique du Sud, les jésuites sont des religieux qui ont pour mission de civiliser et d'évangéliser les peuples indiens. Au début du 17ème siècle, les colons ont pour ordre de ne plus soumettre les populations indiennes par la force, mais par la prière et l'enseignement religieux. Les jésuites ont alors l'autorisation de fonder un état autonome aux alentours des fleuves Parana et Paraguay, soit dans la région comprenant actuellement le sud du Brésil et du Paraguay, ainsi que le nord de l'Argentine. De nombreuses missions sont alors créées dans cette zone et se développent en relative indépendance des gouvernements Espagnol et Portugais. 
 
Pour se faire accepter des indiens, les jésuites apprennent leur langue, leur offrent une protection contre les colons (qui sont interdits d'accès aux missions), et font usage de leur savoir médical et artistique comme la musique. Une mission s'organise comme un village autonome, où les deux peuples vivent ensemble, dans l'égalité. Dans chaque mission sont construites une église, une école, un cimetière, autour d'une place centrale où s'organise la vie de la communauté.
 
 
Les habitants pratiquent l'élevage, la culture du coton, du sucre et de l'herbe à maté. Ils exportent des produits d'artisanat comme des instruments de musique... Dans ce système de propriété collective, tout s'échange, se partage, et s'autogère, faisant penser à un système communiste. Au fur et à mesure, les jésuites font perdre aux indiens leurs coutumes ancestrales telles que la polygamie, la nudité...
 
L'ensemble des habitants disposent des mêmes lois. La peine de mort est abolie. Le temps de travail est réduit à 6H par jour. Des services publics sont instaurés tel que l'hôpital et l'école, permettant d'avoir une population totalement alphabétisée. Bref, un idéal s'est créé! En 1732, le nombre de missions culmine à 30 pour plus de 140 000 habitants.
 
Malheureusement, cet idéal est jalousé, et cet état dans l'état dérange les rois d'Espagne et du Portugal. Ils ordonnent alors l'évacuation des missions, malgré l'opposition des jésuites. Les indiens refusent de quitter les missions, et s'allient à leurs frères indiens non convertis pour combattre les colons. Après des mois de guérilla, le conflit s'achève dans un bain de sang, 150 ans après la création de la première mission. Les indiens chrétiens survivants sont pourchassés, tandis que les jésuites sont expulsés. Leur ordre est dissous en 1773 par le pape.
 
Les missions sont alors oubliées et tombent en ruines. Cependant, c'est plus tard qu'elles subiront le plus de dégâts, lors des guerres opposant l'Argentine, le Brésil et le Paraguay, pour déterminer leurs territoires respectifs, au lendemain de leur indépendance.
 
Il ne reste de cette belle et triste histoire que les vestiges de quelques missions, comme celle de San Ignacio, la plus belle d'Argentine, et celle de Trinidad, la mieux conservée du Paraguay.
Notre halte de quelques jours nous a permis de découvrir la mission de San Ignacio et son spectable son et lumière retraçant l'histoire et la vie des missions jésuites. Cela aura été également l'occasion d'une incursion d'une journée au Paraguay pour visiter la mission de Trinidad.
 
 
 
 
Cependant, nous avons trouvé les visites de ces vestiges très pauvres car elles n'offrent pas d'explication sur leur histoire (en dehors du son et lumière). A notre avis, les ruines ne valent pas la peine de faire un détour pour aller les voir, hormis pour les amoureux de vieilles pierres. En revanche, leur histoire, elle, mérite d'être connue.
 


Publié à 12:14, le 18/11/2012, dans Paraguay, Trinidad
Mots clefs :


Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



Rubriques

Argentine
Avant le depart
Bolivie
Bresil
Chili
Equateur
Guyane
Paraguay
Perou
Preparatifs
Uruguay

Derniers articles

Articles Equateur

Sites favoris

Blog d'Aurélie et Yannick

Amis