A l'autre bout du bout du monde

Quito (26-29 Juillet)

 
Depuis Cahuasqui, nous rejoignons dans un premier temps Ibarra. Le ciel est dégagé comme rarement ces derniers temps et nous pouvons ainsi admirer dans leur intégralité les volcans Imbabura (4621 m) et Cotacachi (4939 m). Même le Cayambe (5790 m) avec ses neiges éternelles se découvre de temps en temps...
 
A Ibarra, nous enchaînons par un bus pour Quito. Arrivant par le nord dans la capitale, nous aurons le droit à une traversée complète de la ville qui durera près d'une heure pour finir au terminal sud de Quitumbe. L'occasion de se rendre compte à quel point cette ville est étirée, plus de 30 km de long pour 4 à 7 km de large! Elle se développe au sein d'une vallée entourée d'un relief bien tourmenté fait de collines et de volcans. Tout ça à 2850 m d'altitude, ce qui en fait la deuxième capitale la plus haute du monde, après La Paz. 
 
A Quitumbe, nous arrivons dans un terminal paraissant tout neuf et ultra moderne. Nous rejoignons le centre ville en trolleybus, un tram sur roues qui nous dépose juste à côté de la "Posada Colonial", notre hostel pour le week-end.
 
Une fois installés, nous partons vers la calle de la "Ronda" pour prendre la température de la ville. C'est censé être la rue la plus animée de la ville et nous ne sommes pas déçus: c'est la foule! Il y a de la musique partout et même de la danse traditionnelle et du théâtre de rue. Et point positif, pas trop de touristes (qui logent presque tous à La Mariscal), la majorité des gens sont Equatoriens. 
 
Nous nous arrêtons dans un des nombreux troquets proposant le "canelazo", une boisson locale d'alcool de canne allongée au citron, aromatisée à la cannelle et qui se boit chaud. Santé! C'est délicieux! On le retrouve à toutes les enseignes de la rue et il paraît que les Quiteños en éclusent des litres et des litres du jeudi au samedi. Un en appelant un autre, nous en buvons quelques uns puis filons manger un seco de gallina (sorte de ragoût de poulet). De toutes façons, ici, pas beaucoup de choix, tous les restaurants proposent les mêmes choses: c'est seco ou empanadas! Et forcément arrosé d'un canelazo!
 
Le lendemain, nous attaquons une visite express du Quito Colonial. Après l'almuerzo, nous partons donc vers la basilica del Voto Nacional. Cette basilique a été dessinée par un architecte d'origine française qui s'est inspiré de la cathédrale de Bourges. Classique donc... et pas très sudaméricain! Mais son originalité vient du fait qu'elle comporte des gargouilles des animaux du pays: tortues, iguanes, tamanoirs, caïmans, ... 
 
 
 
 
 
Nous passons ensuite sur la plaza de la Independencia, place principale du vieux Quito où se trouvent le palais présidentiel et la cathédrale. 
 
 
 
Puis nous écourtons la visite pour une bonne sieste à l'hostel. Sur le chemin, nous entendons des coups de feux dans la rue et des gens accourent vers nous affolés. Nous n'en saurons pas plus... mais ça ne nous rassure pas!
 
Le soir, rebelotte à la calle de la "Ronda" où nous ajoutons quelques canelazos à notre actif. Puis nous en profitons pour goûter les empanadas de viento (littéralement: chaussons de vent), des empanadas "à rien" mais que nous dégusterons avec une bonne sauce piquante.
 
Le lendemain, nous reprenons notre visite du Quito colonial. Nous parcourons les quelques cuadras autour de la place principale: églises, couvents et beaux bâtiments coloniaux au programme.
 
 
Calle de la Ronda, de jour, sans la foule
 
 
Toujours la Ronda...
 
 
La vierge veille sur nous
 
 
Eglise et couvent Santo Domingo
 
 
Plaza Santo Domingo
 
 
Iglesia San Agustin
 
 
Plaza Independencia
 
 
Iglesia de la Merced
 
 
Maisons coloniales
 
 
 
Plaza San Francisco
 
 
Palais Présidentiel
 
 
Plaza Independencia
 
Le soir, nous nous cuisinons de bons légumes à l'hostel en faisant la connaissance de François le Français qui se dirige vers la Colombie. Nous voulons ensuite nous boire un dernier canelazo pour finir en beauté le week-end mais la "Ronda" paraît bien morte par rapport à vendredi et samedi: nous faisons rapidement demi-tour pour aller nous coucher.
 
Le lendemain, lundi, après avoir profité de l'animation d'un week-end à Quito, nous quittons déjà la capitale. Nous n'y aurons fait qu'un arrêt express mais malgré que le charme du centre colonial soit réel, nous préférons les grands espaces aux grandes villes!
 
Avant de quitter les lieux, nous profitons de la cuisine pour nous préparer un dernier gros brunch, puis c'est parti: direction Latacunga, toujours plus au sud!

Publié à 02:29, le 4/08/2013, dans Equateur, Quito
Mots clefs :


Kikou

20:07, 7/08/2013 .. Publié par Rom1
Une victoire de plus pour UFR/Chanflor, devant Rosette/Orange, et à la 3eme place Brasserie Lorraine/ISUZU !!

Et sinon, ils étaient comment ces cochons d'indes ?

Bonne continuation
Bises

{ Page précédente } { Page 11 sur 99 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



Rubriques

Argentine
Avant le depart
Bolivie
Bresil
Chili
Equateur
Guyane
Paraguay
Perou
Preparatifs
Uruguay

Derniers articles

Articles Equateur

Sites favoris

Blog d'Aurélie et Yannick

Amis