A l'autre bout du bout du monde

Cuenca (05-08 Juillet)

 
Depuis Vilcabamba, nous arrivons à Cuenca, après 5H30 de bus, notre deuxième destination en Equateur. Nous décidons d'y faire une courte halte d'autant plus qu'il y a un parc à proximité, le parc El Cajas, où nous aimerions nous dégourdir les jambes pendant quelques jours.
 
Aussitôt notre arrivée, nous nous posons à l'hostal villa del Rosario. L'endroit est très sympa et l'accueil est au top. Ce soir, nous nous offrons le luxe d'avoir un vrai lit après en tout 14 nuits en tente et une nuit en bus. En plus, nous avons internet, et une douche avec de l'eau chaude!
 
Le soir venu, nous nous dégotons un petit resto végèt' recommandé par le routard, "El nuevo Paraiso" dans lequel nous ne retournerons pas moins de trois fois! 
 
Le lendemain, nous partons à la découverte du centre de Cuenca. Les rues sont étonnamment propres, bordées de grandes maisons coloniales. 
 
 
 
 
 
 
 
La cathédrale est superbe avec ses dômes bleus.
 
 
 
 
 
Ici, les gens ont les traits moins andins et peu de femmes portent le vêtement traditionnel. Il y a un énorme marché couvert, avec des étalages de fruits et légumes gigantesques. A l'étage, section comedores, on y propose de la bouffe locale qui n'a pas l'air de changer du Pérou avec entre autre du poulet et... du riz! Il y a aussi la "encebollada", plat typique avec du poisson. Nous nous passerons d'y manger... le transit a un peu trop subi ces derniers temps, autant le préserver un peu...
 
Dans la rue, nous n'avons croisé qu'un mendiant. Contrairement au Pérou et à la Bolivie, les gens ne vendent pas tout et n'importe quoi dans la rue (hormis des tickets de jeu à gratter), et aucun enfant n'essaie de vendre des bonbons. En revanche, nous voyons circuler au milieu des taxis bon nombre de grosses caisses, dont des pick-ups et des 4x4 bien briqués.
 
Côté restauration (on ne va quand même pas ommettre d'en parler), nous avons croisé quelques "polleria" (boui boui vendant des poulets rôtis), il y en a ici aussi! Cependant, les boui bouis proposant des almuerzos pas chers se font rares.
 
 
 
Nous sommes tombés sur un marché aux fleurs devant une église, plus pour décorer celle-ci apparemment, et sur un marché d'artisanat. A notre grande déception, l'artisanat équatorien n'est pas identique à l'artisanat péruvien et bolivien qui nous faisait perdre la tête! Les pulls sont en laine de mouton (et non en alapaga), moins bien travaillés, les nappes sont en synthétique, avec de jolis motifs, mais chères. Nous espérons tout de même retrouver ce qu'on cherche dans le nord, vers Otavalo, afin de remplir les sacs avant de repartir. Le seul article original que nous trouvons est le hamac!
 
Le dimanche, nous allons nous déguster une bonne salade de fruits au végèt' et là, c'est la foule d'Equatoriens qui ont eu la même idée que nous. Encore une fois, ce n'est pas dans les deux autres pays que nous venons de traverser qu'une foule de locaux se seraient régalés d'une salade de fruits à deux dollars.
 
Pour les prochains jours, nous avons prévu de nous rendre dans le parc El Cajas, avant de continuer notre route vers la côte Pacifique. Nous allons nous approvisionner dans le supermarché du coin, où les prix nous semblent un poil abusés... Même dans notre superette de Vilcabamba c'était moins cher!
 
En allant au supermaché, nous avons traversé un beau parc où du monde se promenait en famille, puis un quartier de grosses baraques bien baricadées. On en a vu beaucoup depuis notre arrivée en Equateur, ça rappelle un peu le Brésil...
 
Pour le parc, nous ne savons pas encore quelle météo nous allons avoir, mais prévoyons de la nourriture pour deux jours. Il parait que s'il pleut à Cuenca, il fait le même temps dans le parc. La météo annonce de la pluie demain à Cuenca, mais nous restons confiants.
 
Avant de quitter la ville, il nous faut nous rapprovisionner aussi en argent. Ici, ça a l'air d'être comme en Argentine: chaque retrait est limité et taxé d'au moins 1,50 dollars. Nous tentons alors plusieurs banques afin de trouver celle qui ne nous taxera pas, ou au moins nous permettra de faire un gros retrait pour noyer la taxe. Mais nous en tentons tellement, qu'au bout d'un moment tout nous est refusé. Là c'est la parano, on s'attend à une mauvaise surprise sur le compte, mais en fait rien à signaler donc tout va bien. On retentera notre chance plus tard.
 
De retour à l'hostel le soir, nous tombons sur James et Cécile, un couple franco-anglais que nous avions rencontré à Rumi Wilco. Belle coïncidence!
 
Pendant que nous préparons notre semblant de hachis parmentier (attention, on refait le plein de protéines), nous discutons avec un Salvadorien et une Equatorienne tous les deux de passage à Cuenca. Ils vivent à Quito et travaillent pour une ONG. Ils sont d'ailleurs actuellement en mission dans la région. D'après eux, des mines d'or, d'uranium et d'autres métaux viennent d'être découvertes en Equateur. Ce seraient actuellement les mines les plus riches du monde. Celles-ci ont commencé à être exploitées par le Canada qui s'est retiré depuis un mois, mais encore actuellement par la Chine. L'Equateur serait en bon terme avec la Chine et permait aux Chinois de venir piller leurs richesses récemment découvertes dans la Cordillère. Bien sûr, il faut de la main d'oeuvre pas chère, et ce sont les Indiens qui se font exploiter. Des tribus d'indigènes vivaient encore partout en Equateur, en parfaite autonomie jusqu'à il y a quelques temps. Depuis que la technologie et la mondialisation est parvenue jusqu'à eux, notamment les téléphones portables, ils se doivent alors de gagner un peu d'argent. Pour cela ils vont ruiner leur santé dans les nouvelles mines. La mission de ces deux-là est d'aller dissuader les Indiens de travailler dans les mines, en les informant sur les conséquences que ça peut avoir sur leur santé, etc... Une discussion très intéressante!
 
Le lendemain matin, Lundi, le ciel est gris et il pleut. C'est râpé pour le parc! Tant pis, nous n'avions pas prévu de rester plus longtemps ici, alors décidons de filer tout droit vers Puerto Lopez, sur la côte, en passant par Guayaquil. En tout, 8H de bus!
 
Au revoir Cuenca, les baleines nous attendent! Enfin... on l'espère!

Publié à 03:49, le 10/07/2013, dans Equateur, Cuenca
Mots clefs : parc El Cajasmaisons colonialescathédrale


{ Page précédente } { Page 15 sur 99 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



Rubriques

Argentine
Avant le depart
Bolivie
Bresil
Chili
Equateur
Guyane
Paraguay
Perou
Preparatifs
Uruguay

Derniers articles

Articles Equateur

Sites favoris

Blog d'Aurélie et Yannick

Amis