A l'autre bout du bout du monde

Huaraz (2ème partie) et le trek de Santa Cruz (14-19 Juin)

 
Jour 1:
 
Après deux journées passées à l'hostel pour se reposer, nous repartons sur les routes pour un nouveau trek, celui de Santa Cruz, le plus populaire et le plus fréquenté de la Cordillère blanche. Nous n'avons pas beaucoup d'informations sur le trek, à part une carte ridicule qui ne nous indique ni les distances ni les temps de parcours. Mais bon, on nous a dit que le chemin était bien signalisé et la maison du parc n'avait rien de mieux à nous proposer...
 
Après un réveil matinal, nous nous apprêtons à prendre un bus à 6H pour Vaqueria, village départ du trek. Malheureusement, le bus de 6H ne partira pas et donc nous devons attendre une heure... pas grave mais c'est con de s'être levés si tôt! Finalement vers 7H, le bus part. Nous filons vers Yungay, autre ville dans la vallée puis ensuite nous commençons notre grimpette sur une piste. On ne va pas vite, ça sent le trajet à rallonge... Après un arrêt pour s'enregistrer à l'entrée du parc Huascaran (entrée payante: 65 Soles), le bus continue son chemin. Nous arrivons près d'une lagune d'une couleur bleu-vert rappelant la Patagonie, la laguna Llanganuco.
 
 
 
On y dépose un péruvien en vacances et son guide qui vont au refuge du Pisco (ce n'est pas le nom d'un bar, juste le camp de base pour monter au sommet du Pisco!!). De ce point, on peut aussi aller voir la laguna 69, excursion classique depuis Huaraz. Après ce nouvel arrêt, nous attaquons une montée impressionnante dans la montagne qui va nous emmener aux environs de 4700m. Les passages proches du vide ne rassurent pas Elise mais pourtant le paysage est magnifique. Au fur et à mesure de notre montée nous voyons de mieux en mieux les sommets enneigés et nous avons également une belle vue sur la lagune Llanganuco dans la vallée que nous venons de traverser.
 
 
 
 
Une fois le col passé, c'est la redescente, on se demande bien quand est-ce qu'on va arriver car on ne voit aucun village proche. Et en effet, la descente est longue. Avant d'arriver, petit arrêt du bus, Guillaume et d'autre passagers en profitent pour un arrêt "technique" et voient alors passer un condor juste au-dessus de leurs têtes. Dommage, pas le temps de prendre une photo!!
 
Enfin, il est presque midi, nous arrivons à Vaqueria où nous descendons en compagnie de deux américains qui viennent de New-York, Oh Yeah!! Le trajet a duré cinq heures alors que la femme qui nous a vendu les billets nous avait annoncé trois heures de route, quatre heures maxi... mais bon, on y est c'est l'essentiel. Et puis on va pouvoir commencer le trek assez tôt pour atteindre les premiers campings avant la nuit. Nous nous installons en plein milieu du village pour manger nos sandwichs avant de commencer à marcher. Une gamine vient alors en notre direction et se met à monter sur les genoux de Guillaume pendant qu'il mange. Puis son frère la suit, bien coaché par sa mère et reste à loucher sur le sandwich de Guillaume. Nous continuons à manger comme si de rien n'était, malgré cette présence un peu oppressante. Au bout d'un moment, on se décide quand même à les dégager gentillement mais pas moyen. Leur mère est pourtant juste de l'autre côté de la route mais ne leur dit rien... pitoyable... elle envoie ses enfants faire la manche sans broncher! 
 
On décide de quitter les lieux pour commencer le trek, on finira notre repas plus loin, dans un lieu où nous serons plus tranquilles. La paire d'américains est juste devant nous. 
 
 
Aujourd'hui, on ne devrait avoir que trois ou quatre heures de marche pour arriver à un camping convenable pour la nuit. On commence par descendre rapidement au rio, puis ensuite ça part en montant, mais doucement, rien de trop difficile pour se mettre en jambes. Nous traversons quelques petits villages. Là encore, des gamins nous voient passer et accourent vers nous pour nous taxer: ça devient une habitude ici! C'est vraiment la première fois qu'on se retrouve avec des enfants qui mendient sur notre passage dans des villages reculés... Il y a même une enfant qui nous dit qu'elle veut qu'on lui donne de l'argent pour étudier: comment peut-elle inventer ça toute seule à son âge??? A croire qu'ils sont brieffés par leurs parents pour taxer les "gringos". 
 
 
 
 
Au bout de deux heures de marche dans la vallée, nous arrivons à la cabane des gardes où nous nous enregistrons de nouveau. Nous passons ensuite par un premier camping mais il est un peu tôt pour s'arrêter. Nous croisons également quelques personnes, des français pour la plupart, dans l'autre sens, qui font le trek avec une agence. Une heure et demi, deux heures de marche après la cabane des gardes, nous arrivons à Paria, notre camping pour la nuit. Nous retrouvons nos deux "ricains" et pour notre plus grand bonheur, c'est tout: nous ne serons que quatre à dormir ici, cool!
 
 
Jour 2:
 
Deuxième jour de trek, une grosse journée nous attend. En effet, il faudra passer le point haut du trek aujourd'hui, Punta Union à 4750m d'altitude. Après ce col, la suite du trek sera une partie de plaisir: de la descente jusqu'à la fin! Pour affronter cette montée, nous décidons de partir tôt (en même temps nous nous sommes couchés à 18H la veille!!), réveil 5H30 pour un départ à 7H. Quand nous partons, nos deux autres compagnons dorment toujours. C'est agréable, nous marchons à l'ombre, il fait bien frais et il n'y a personne sur le chemin, sympa pour un trek censé être très fréquenté!
 
 
 
 
Au bout de deux heures et demi, nous arrivons au camping suivant, le dernier avant le col. Nous y croisons une agence qui y campait cette nuit. Nous ne sommes pas encore beaucoup montés, l'heure de vérité va arriver. Alors que nous continuons le chemin dans la vallée, un des guides de l'agence nous appelle de loin et nous dit de changer de direction, c'est le moment de monter! Il faut dire que le chemin à suivre n'est pas vraiment balisé et même si nous n'avons pas eu d'hésitation pour l'instant, ici, il y a moyen de se tromper. Ca fait d'ailleurs rager Guillaume car à 20€ l'entrée du parc, ils pourraient au moins signaliser le chemin convenablement. Mais bon, s'ils ne le font pas, c'est tout simplement pour forcer les touristes à prendre des agences... 
 
 
La montée est rude mais surtout très longue, ça n'en finit pas. Et pendant ce temps là, des nuages menaçants arrivent et couvrent les sommets. Nous croisons un couple de Belges dans l'autre sens. Ils en ont fini avec la difficulté principale du jour et ont l'air bien content. Ils nous filent un programme du trek avec les dénivelés qu'ils sont allés demander à une agence. Toujours aussi sympas ces Belges! Une heure après, enfin, au bout de six heures de marche, nous voilà en haut! Les gardes nous avait annoncé à peine quatre heures pour arriver au col... sans doute avec une mule et sans sacs!
 
 
 
De là-haut, la vue est magnifique et malgré un temps très couvert, nous pouvons apercevoir les sommets enneigés et leurs glaciers. Ca fait plaisir car les sommets sont difficiles à voir lorsque nous marchons dans la vallée. A notre droite, le sommet du Taulliraju, que nous voyons depuis le début de la journée, est superbe et impressionnant! Et là, surprise, à ses pieds, un lac d'un bleu incroyable alimenté par un glacier.
 
 
 
 
 
On domine la vallée dans la laquelle le trek va nous emmener les deux prochains jours. Au fond, nous apercevons une lagune turquoise. Encore une fois, les couleurs des lacs nous rappellent la Patagonie! Nous pouvons également voir le camping où nous devons nous arrêter cette nuit. On devrait l'atteindre vite et c'est tant mieux car la montée nous a épuisés. En attendant de repartir, on va déjeuner tranquillement en profitant du panorama. C'est alors qu'une légère averse de grêle nous tombe dessus. Mais le temps change vite et ça ne dure pas longtemps, juste après, le soleil se met à briller. A cette période, dans la Cordillère blanche, le temps est magnifique le matin, puis les sommets se couvrent aux alentours de midi et ensuite, ça se dégage en fin d'après-midi. On pourra donc profiter d'une vue dégagée sur les sommets avant la nuit et demain au réveil! 
 
 
 
Après le déjeuner, nous nous remettons en route tranquillement. Les américains sont arrivés peu après nous et sont déjà repartis devant. Ils ne traînent pas! Deux heures plus tard et après avoir photographié le sommet Taulliraju et sa lagune sous tous ses angles, nous voilà au camping. Il y a plus de monde avec nous ce soir qu'hier, dont pas mal d'agences, mais nous nous installons à l'écart si bien qu'on croirait être seuls. Le temps de poser la tente et de manger et il fait nuit. Une fois encore, nous sommes dans la tente à un peu plus de 18H... après avoir profité des couleurs magnifiques du coucher de soleil.
 
 
 
Jour 3:
 
Après une nuit de nouveau bien fraîche, nous retrouvons comme prévu un paysage sans nuages. La vue sur les sommets est magnifique.
 
 
Aujourd'hui, nous nous sommes réveillés plus tard que la veille, une petite journée nous attend, une douzaine de bornes pas plus, et en descente. Nous décollons vers 9H, en même temps que les américains, qui nous doublent assez vite. Pour cette petite journée, il y a la possibilité de monter au camp de base et à la lagune qui se trouvent au pied de l'Alpamayo, ce qui rajouterait environ cinq heures de marche. Eux comme nous n'ont pas le courage, on va en rester au parcours classique et s'économiser pour aujourd'hui!!
 
Assez vite, le paysage change complètement et nous nous retrouvons à marcher dans le sable dans le fond de la vallée. Drôle d'impression de fouler le sable à environ 4000 m d'altitude et au milieu des montagnes...
 
 
Nous suivons désormais le rio qui coule dans la vallée, nous le suivrons d'ailleurs jusqu'à la fin du trek... Au bout de deux heures, nous arrivons à la lagune turquoise que nous voyions la veille du haut du col. La couleur de l'eau n'est pas sans nous rappeler les Antilles... et avec le sable, le tableau est presque complet! 
 
 
Une fois la lagune passée, nous nous posons pour déjeuner au milieu des vaches, taureaux et chevaux qui vivent paisiblement dans une sorte de marais... Puis nous reprenons la route, il ne doit plus rester beaucoup à marcher mais nous devons encore longer une deuxième lagune avant d'en finir. Finalement, environ une heure après, nous arrivons déjà au camping de Llamacoral, où nous allons dormir cette nuit sans n'avoir rien vu! En fait, cette lagune est petite et est recouverte de roseaux donc on l'a ratée. Elle se trouvait à l'endroit où nous avions mangé, dans les sortes de marais.  
 
Après avoir hésité à finir le trek aujourd'hui car il ne resterait que trois heures pour atteindre le village de Cashapampa, nous décidons finalement de rester ici. Ca nous ferait finir trop tard sans être sûr d'avoir un transport pour nous ramener sur Huaraz. Et puis ça nous va bien de ne pas arriver tard aujourd'hui après la grosse journée d'hier. En plus on a prévu la bouffe pour quatre jours donc pas de raison de se presser!
 
Encore ce soir, nous nous retrouvons avec les américains, plus rapides, qui ont déjà posé leur tente. Malheureusement pour eux, deux péruviens arrivent avec leurs mules bien chargées! Une agence va passer la nuit ici et les mules entourent leur tente! Un peu dépités, ils cherchent avec nous un coin plus tranquille pour déplacer leur tente. Juste à côté il y a un petit terrain au bord de l'eau, c'est parfait pour la nuit, même si c'est un peu en pente!
 
Jour 4:
 
Dernier jour de trek, nous partons à 8H, les américains sont déjà en route. Aujourd'hui encore nous continuons à marcher en suivant le rio. Au fur et à mesure que nous avançons, la vallée se resserre pour ressembler de plus en plus à un canyon. 
 
 
 
Pendant une pause, deux français passent devant nous. Ce sont deux gars qui sont au même hostel et qui font le trek en trois jours, quelle forme! Et pourtant l'un deux en chiait l'autre fois avec l'altitude à la laguna Churup, il semble s'être acclimaté rapidement. 
 
 
Au bout de trois heures nous sommes en bas. Arrivés au village de Cashapampa, nous fêtons la fin du trek par une bonne bière et nous nous faisons des pâtes chinoises. Ensuite, nous chopons un colectivo jusqu'à Caraz puis là-bas, on enchaîne par un autre pour Huaraz. Retour à la case départ!
 
Une fois à l'hostel, nous retrouvons Pascal, notre parisien qui n'a toujours pas réussi à partir d'ici. Il en est à sa troisième balade de deux jours mais il s'est quand même décidé à prendre un bus demain pour découvrir Arequipa et le canyon Colca! Le soir, nous nous retrouvons entre français pour un apéro bière à l'hostel. Il y a Pascal, les deux français qui viennent de finir le trek eux aussi et nous! Les deux nous expliquent qu'ils ont du temps entre leur 4ème et 5ème année d'école d'ingénieurs pour faire un projet qui leur tient à coeur. Pour eux, c'était se balader en Amérique du Sud... sympa les écoles d'ingé!!! Pour clôturer la soirée, on part ensuite dîner dans un des restos pas chers du coin avec Pascal pendant que les deux autres partent déguster une raclette (à 38 soles soit environ 12 euros) dans un resto français de Huaraz, "Patrick Crêperie". 
 
Le lendemain, c'est le repos total. Puis finalement, le surlendemain aussi! Elise étant un peu malade, on allonge d'une journée de plus notre repos avant de repartir pour de nouvelles aventures, et ça ne fait pas de mal!
 
Jeudi, enfin, il est temps de quitter Huaraz. Après le petit déj', Téo, le gérant de l'hostel nous emmène au bus avec sa voiture, sympa! Et ils font ça pour tous les touristes qui sont chez eux!! Chapeau!!
 
Nous prenons la direction de Trujillo, encore et toujours plus au nord du Pérou et surtout dernière étape avant de filer en Equateur, notre dernier pays du voyage!!
 
....................................................................................................................................................................................
 
Quiz: Pour ceux à qui ça avait manqué, nouveau quiz!!!
Que vous évoque cette montagne (le sommet enneigé à gauche de la photo)? 
 
 
A vos stylos!!! Réponse très bientôt!!!

Publié à 00:20, le 27/06/2013, dans Perou, Huaraz
Mots clefs : cashapampavaqueriapunta unionlaguna llanganucotaullirajualpamayocordillère blanchepiscotrekking


Quiz

23:03, 27/06/2013 .. Publié par Mikl
C'est pas évident.
Moi je dirais ... un gros lézard qui descend la montagne (en haut au centre) !



{ Page précédente } { Page 20 sur 99 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



Rubriques

Argentine
Avant le depart
Bolivie
Bresil
Chili
Equateur
Guyane
Paraguay
Perou
Preparatifs
Uruguay

Derniers articles

Articles Equateur

Sites favoris

Blog d'Aurélie et Yannick

Amis