A l'autre bout du bout du monde

San Pedro de Atacama (13-16 Avril)

 

Pathétiques!!! Alors qu'en France certains Barjots et Marinistes rêvent de rejouer 1789, non plus pour mais contre les libertés, en accroissant la haine, nous, nous continuons notre voyage, tranquillement, loin... très loin de tout ça... et ce n'est pas plus mal!

 
 
Réveil dans le bus vers 8H30 du matin. Nous venons de passer Calama, la ville qui se situe à 100km au Nord de San Pedro. Encore à moitié endormis, nous traversons ensuite le désert... Il n'y a rien autour de nous, hormis du sable et une chaîne de volcans au loin, rougeâtre... Nous ne sommes plus que cinq touristes dans le bus. Puis apparaît alors devant nous quelques reliefs étranges, au milieu de ce désert. Il s'agit probablement de la Valle de la Luna et Valle de la Muerte, que nous aurons l'occasion de redécouvrir plus longuement lors de notre séjour ici. En tout cas le décor est assez surnaturel.
 
Puis sur les coups de 10H, nous arrivons à San Pedro, petit village paisible situé au milieu du désert, qui paraît de loin comme une oasis, parsemée d'arbres. Là, les routes sont en terre, et les maisons aussi. Mais pas les mêmes que nous ayons pu observer jusqu'à présent, car les habitants, plus aisés, les ont bien travaillées. Elles sont toutes bien entretenues, la peinture est nickel, c'est propre. Pas étonnant, nous sommes dans le centre de San Pedro, le coin hyper touristique du village. D'ailleurs, les prix nous font un peu sortir les yeux de la tête: nous n'avions pas encore vu ça au Chili, ni même en Patagonie. Les restaurants se révèlent plus chers qu'en Europe!
 
Aussitôt arrivés, nous nous rendons au meilleur camping de San Pedro, "Los Chañares", un peu excentré. Nous marchons 20 minutes avec nos gros sacs, une envie de pisser imminente, pour nous rendre compte qu'il est fermé. Mince. Nous tentons alors le deuxième camping de San Pedro, "Los Perales", et là on nous demande 5000 chilenos par personne. Le camping ne ressemble à rien, c'est un terrain en friche ni plus ni moins. Dix sept euros pour dormir là... Reste à tenter notre plan de secours, donné par Aurélie et Yannick: aller voir chez Pablo, orfèvre, si l'on peut planter notre tente chez lui. A son atelier on nous répond qu'il est absent en ce moment, qu'il nous faut le joindre par téléphone pour lui demander l'hospitalité.
 
Nos chances s'amenuisent... nous ne nous voyons pas demander à un mec qu'on ne connait pas, qui n'est même pas là, si on peut quand même aller dormir chez lui... Les prix des chambres ici sont abusifs... Il ne faut pas oublier que nous sommes à San Pedro de Atacama, la capitale chilienne du tourisme. Nous nous dirigeons malgré tout vers un centre d'appel lorsque nous croisons un couple qui vient vers nous. La femme commence à nous parler en français: "vous cherchez un logement?", et l'homme sur son vélo qui voit notre charango: "yeu sui tcharangiste!". Nous lui expliquons vite fait que les chambres sont hors budget pour nous, que l'on cherche un endroit où planter la tente. Pour 6000 par personne, elle nous propose une chambre chez elle... OK, c'est correct, allons voir! Faut dire que nous n'avons pas très envie d'aller chez une Française pour ne rencontrer que des Français et ne parler que français mais bon...
 
Pendant que nous marchons en direction de sa maison, nous faisons alors sa connaissance: Brigitte, ancienne Lilloise et Réunionnaise, installée depuis 5 ans à San Pedro avec Miguel son chilien musicien. Elle est dans le guide du Routard depuis quelques années et apparemment son affaire marche bien grâce au guide et au bouche-à-oreille. 
 
Une fois arrivés, nous découvrons "La casa de los musicos", petite maison en coin de rue, très bien aménagée. L'endroit est sympa, des français nous disent déjà qu'ils s'y sentent bien... Et puis il y a une cuisine. C'est vrai que le prix est correct mais nous n'avions pas prévu ce budget pour San Pedro étant donné le prix des excursions. Nous décidons malgré tout d'aller jeter un oeil au camping d'en face, pour revenir aussi vite poser nos affaires chez Brigitte, c'est vendu! Nous nous rendons vite compte que le prix habituel est de 24000 la chambre double. Disons que Brigitte nous a fait une grosse "descuenta".
 
L'après-midi, nous allons nous renseigner sur toutes les excursions possibles dans le coin, et les activités proposées. San Pedro est situé au coeur de merveilles de la nature, et nous allons essayer d'en voir un maximum... sauf que les prix des agences sont abusés.
 
Voici un récapitulatif des principaux endroits à visiter aux alentours et de leurs prix par personne, à titre informatif, pour ceux à qui ça pourrait servir:
- la Valle de la Luna, à 12 km au nord du village, que nous avons prévue de faire en vélo, 6 000 chilenos avec agence, droit d'entrée en sus: 2 000 chilenos
- la Valle de la Muerte, à 5km, à faire en vélo.
- la Laguna Cejar, à 30 km au sud, possibilité d'y aller en vélo, 6 000 chilenos avec agence, droit d'entrée en sus: 2 000.
- la Laguna Chaxa et le salar d'Atacama à 90km au sud, 20 000 avec agence incluant les lagunas altiplanicas, droit d'entrée en sus 2 500.
- las lagunas Altiplanicas "Miscanti-Miñiques", encore plus loin au sud, droit d'entrée: 2 000.
- enfin les fameux geysers de Tatio, à 100 km au Nord de San Pedro, 15 000 par agence, droit d'entrée en sus: 5 000.
 
Pas besoin de gros calculs pour s'apercevoir que tout faire, ça coûte cher. Nous pensons alors louer une voiture et tout visiter en une journée. Malheureusement à San Pedro il n'y a qu'un loueur de voitures, Europcar, et ils n'ont que des pick-up à 75 000 pesos chiliens par jour. Gloups. On laisse tomber l'option location à San Pedro. La seule chose qu'il nous reste à faire c'est de trouver quelques intéressés pour louer une voiture ailleurs et le tour est joué...
 
En attendant, nous nous prévoyons une journée vélo demain pour voir la Valle de la Luna et Valle de la Muerte, pour 5000 pesos la journée, ou 3000 la demi-journée de location, c'est le moins cher, et c'est correct.
 
Le soir, alors que nous préparons notre popotte chez Brigitte, nous faisons la connaissance de Greg et Bénédicte, un jeune couple de Lyonnais qui voyage à travers le monde avec leurs filles Manon et Lucile qui ont 2 et 5 ans. Ils voyagent depuis Septembre, sont passés par la Chine, la Nouvelle-Zélande, l'Australie, et découvrent maintenant l'Amérique Latine. Eux ont choisi de louer une voiture à Calama pour plus de liberté avec les filles. Apparemment, les locations sont beaucoup moins chères là-bas. En effet, leur voiture, une petite Chevrolet, leur a coûté 30 000 pesos par jour. Bon, ce n'est ni un 4x4, ni un pick-up, mais ça peut quand même rouler sur de la piste. Ca nous donne bien des idées pour la suite... Nous discutons longuement avec Brigitte et eux, l'ambiance est décontracte, c'est vrai qu'on est plutôt bien ici! 
 
Brigitte, la maman de tout ceux qui ne trouvent pas de toit à San Pedro, nous raconte quelques anecdotes: des couples homosexuels qui se voient refuser une chambre avec lit double dans les hôtels de San Pedro alors qu'ils ne manquent pas de place... les Mapuches, peuple natif chilien, injustement traités dans le pays, qui cachent leurs origines de peur d'avoir des problèmes... tous ces gens se sont passés le mot et trouvent maintenant refuge chez elle. 
 
Pendant ce temps, Miguel sifflote, chante, gratte sa guitare, et nous passe de la musique en boucle: "Hijo de la luna", que nous avons eu l'occasion d'entendre maintes fois et que nous avons maintenant chaque jour dans la tête.
 
 
Le lendemain, Dimanche matin, nous nous réveillons avec "la panthère rose". Un nouvel arrivant est là: Chris, un canadien. En cinq minutes le tour est joué, il est intéressé par la location de voiture. Reste plus qu'à trouver deux autres personnes!
 
A 14H, nous nous décidons enfin à louer des vélos en étant un peu optimistes sur la durée de la balade pour les deux vallées. Nous suivons les indications de notre petit plan et partons en direction de la Valle de la Muerte. Le soleil tape sévèrement, mais la chaleur n'est pas aussi étouffante qu'aux Antilles... Au bout de quelques kilomètres et d'une belle montée, nous tombons sur un mirador avec une belle vue sur une vallée érodée, blanche de sel.
 
 
 
Nous ne le savons pas, mais il s'agit bien de la Vallée de la Mort. Nous continuons notre chemin sur la route menant à Calama, puis faisons une pause au bout d'une heure pour avaler notre pic-nic. Nous sommes sur le bas-côté (et non pas le "bac à côté"), à l'ombre d'un panneau routier. Apparemment ici il faut éviter de s'éloigner des chemins balisés, il resterait quelques mines antipersonnelles disséminées dans le désert... Le sol est hyper sec, en strates de terre séchée, et nous voyons au loin le volcan Licancabur au pied duquel nous étions deux moins auparavant, lorsque nous admirions la Laguna Verde dans le Sud Lipez, de l'autre côté de la frontière.
 
 
Nous avons même le droit à la visite d'un guanaco peu farouche qui s'approchera doucement en nous observant.
 
 
16H. Nous nous dirigeons vers la Vallée de la Luna et rencontrons deux jeunes à vélo qui cherchent leur chemin. Finalement ils optent pour le même parcours que nous et nous suivent sur la piste qui mène au parc. Erica, Etats-Unienne, et Pablo, Mexicain, viennent d'arriver à San Pedro et n'ont encore rien prévu pour les jours à venir. Ils sont bien intéressés pour faire un tour en voiture avec nous, parfait! Nous prenons rendez vous pour le lendemain matin afin de mettre tout ça en place.
 
Nous arrivons enfin à l'entrée de la Vallée de la Lune. La barrière est baissée, il n'y a personne au guichet. Tant pis, hors de question de rebrousser chemin maintenant! Nous passons en catimini et commençons notre ascension dans le parc. Le sol est blanc de sel, une immense dune borde la route... On croirait qu'il vient de neiger en plein désert!
 
 
Soudain un mec du parc vient nous voir, et nous demande de bien vouloir payer l'entrée en sortant... Nous continuons tranquillement notre promenade sur une piste tape-cul et laissons tomber l'idée d'observer le coucher de soleil sur la vallée. Nous avons oublié nos frontales, le soleil ne va pas tarder à se coucher, et il nous reste de la route à faire pour rentrer. Cependant, nous pouvons déjà observer les lumières de fin de journée.
 
 
 
 
 
Puis dans une grande descente, pris dans notre élan, nous passons devant les guichets de l'entrée sans même nous arrêter... Oups, la Valle de la Luna, c'était gratuit!
 
Nous nous dépêchons de pédaler car il commence à faire très sombre, puis la nuit tombe. Nous arrivons vers 20H à San Pedro, dans le noir, usés. Nous tentons de nous prendre un petit cocktail dans un bar de touristes, puis repartons aussi secs (c'est le cas de le dire) quand nous voyons que le Pisco Sour posé devant nous n'est rempli qu'à moitié... Nan mais, on ne va pas se faire enfler sur ce coup-là!
 
Lundi, nous avons rendez-vous tous les cinq à l'hostel d'Erica et Pablo. Une fois les informations en main, nous décidons tous de louer pendant 24H une petite voiture à Calama, pour 34 000 chilenos. Attention, l'agence nous a quand même prévenus par téléphone que nous ne pourrions aller jusqu'aux geysers sans 4x4, ou bien qu'il faudrait payer les réparations de la voiture... Mais nous, on a quand même envie de tenter!
 
Nous nous rendons alors tous les deux le soir-même à l'aéroport de Calama afin de récupérer la Chevrolet. A notre arrivée à 21H à Budget, on nous dit qu'il n'y a pas de réservation à notre nom, et qu'il n'y a aucune voiture de disponible. On s'énerve, on râle, on viendrait de se taper le trajet pour rien, et surtout comment fait-on maintenant pour rentrer à San Pedro? Hors de question de partir d'ici sans voiture. Finalement le mec trouve un arrangement et nous amène à l'officine de l'agence dans la zone industrielle de Calama. Nous repartons avec la voiture en main, dans la nuit, au milieu du désert. Ca fait bien longtemps que nous n'avions pas conduit!
 
23H. Nous arrivons à San Pedro et filons vite nous coucher. Demain, nous avons rendez-vous avec les geysers à l'aube. Mais avant ça, Brigitte nous alpague pour qu'on lui écrive une recette originale sur son cahier de cuisine. Chaque touriste passant par la casa de los musicos ne peut repartir sans avoir laissé sa griffe culinaire. Concept original, on prend note! Du coup elle se retrouve avec des recettes japonaises écrites en japonais, bon courage Brigitte! Nous lui laisserons un menu Martiniquais: ti-punch, accras de morue, colombo de poisson, bananes flambées et rhum vieux... humm! Ca nous fait saliver!
 
Mardi, 5H, le réveil sonne. Nous libérons la chambre, et une demi-heure plus tard, tout le monde est là, prêt à partir. Les tours organisés partent encore plus tôt de San Pedro, à 4H du mat'. Les geysers seraient bien plus impressionnants à voir avant le lever du soleil, d'où l'intérêt d'arriver à l'aube. Mais la route serait dangereuse, sinueuse, au bord de ravins, et difficile à passer sans 4x4. Avec notre petite voiture nous décidons de partir un peu plus tard, pour ne pas rouler complètement de nuit, et éviter de se prendre au passage les projections des 4x4 et de se faire péter une vitre. Nous sommes tous bien couverts, en haut ça va cailler! San Pedro est situé à environ 2500m tandis que les geysers sont à 4300m...
 
Nous sortons du village, et vite nous arrivons sur une piste. On reste bien silencieux, en espérant que notre Chevrolet puisse nous amener à bon port...
 
Le chemin n'est pas terrible, Elise doit vite ralentir... c'est à 30km/h que nous roulons maintenant. Cela fait bientôt une heure que nous sommes partis, et nous n'avons parcouru que 30 bornes... Pourvu qu'on ne mette pas trois heures... Ca grimpe bien, nous ne voyons rien du paysage, mais nous imaginons bien par moment passer au bord de précipices. Il y a des rambardes, mais la piste est parfois bien défoncée. Nous passons lentement les creux en serrant les fesses, sans défoncer la voiture, et continuons jusqu'aux prochains. Puis nous arrivons sur une belle route, toute neuve, en terre... Ouf! Mais que vient-elle faire là? Au loin, nous apercevons des feux de 4x4, puis doublons une camionnette de touristes. Ouf, nous ne sommes pas seuls, c'est la bonne route. Mais au fait, comment cette camionnette a-t-elle fait pour arriver jusque là? Impossible qu'elle ait prise la route défoncée sur laquelle nous venons de passer...
 
7H45. Nous arrivons! Les voilà ces fameux geysers! Le soleil n'est pas encore levé, mais la lumière du jour est bien présente. Wow, comment ça caille dehors! Au fur et à mesure de notre ascension dans la montagne, nous sommes passés de +5° à San Pedro à -15° aux geysers... Nous ne sommes bien entendu pas seuls, des dixaines de camions d'agences sont déjà là... Mais où sont les 4x4 tant indispensables pour se rendre ici?
 
Le spectacle est impressionnant! Ca fume de partout!!! Parfois jusqu'à plus de 10 mètres de haut! Un champ de geysers! 
 
 
La lumière du soleil apparaît progressivement sur les montagnes, changeant alors les couleurs du décor.
 
 
 
 
Puis une fois le soleil présent, les geysers diminuent un à un en un rien de temps. Impressionnant! C'est au petit matin, lorsque la différence de température entre l'air et l'eau est encore importante, qu'ils sont impressionnants à voir...
 
 
Une fois le soleil sur eux, la condensation diminue ne laissant plus qu'un brin de fumée sortir du sol.
 
Au milieu des champs de geysers, le chemin est très humide, en mauvais état, creusé par le passage des camionnettes... Nous nous embourbons dans un trou. Impossible de reculer... ça patine, ça patine. Nous nous y mettons tous pour pousser la voiture, et c'est reparti! Ouf!
 
Nous tentons de faire une photo de groupe, râtée:
 
 
A 10H30, nous nous remettons en route. Il nous reste encore du trajet. Nous décidons ce coup-ci de suivre la belle route que nous avons rattrapée à la fin, passant par Machuca. Apparemment, elle mènerait aussi à San Pedro. Nous traversons des paysages dignes du Sud Lipez qui n'est pas loin, un désert orangé, des volcans en toile de fond, le salar d'Atacama au loin dans la vallée, splendide. Nous nous arrêtons toutes les cinq minutes pour prendre des photos. Nous croisons maints troupeaux de vigognes.
 
 
 
 
 
En effet, la route est beaucoup moins chaotique qu'à l'aller! Pas de problème avec une petite voiture de location!
 
A 12H30 nous refaisons le plein d'essence à San Pedro et filons vers la Laguna Chaxa et le salar, au sud. Au passage, petit contrôle de papiers de la conductrice, ouf! Heureusement que Guillaume a rendu le volant à temps! Son permis est resté en France...
 
Nous arrivons en début d'aprem à la Laguna Chaxa. Quelques flamants roses posent pour nous.
 
 
 
 
 
 
Cette lagune est au beau milieu du Salar d'Atacama, qui ne ressemble en rien à celui d'Uyuni, mais qui est tout de même impressionnant. 
 
 
 
 
Notre dernière étape de la journée seront les lagunas Cejar et Piedra. Pas le temps d'aller jusqu'aux lagunas altiplanicas, qui sont trop loin. Tant pis! Difficile de tout faire en une journée.
 
La laguna Cejar est d'un bleu immense, creusée dans le sel.
 
 
 
Juste à côté se trouve la Laguna Piedra dans laquelle il est autorisé de se baigner. Nous sommes seuls en arrivant, mais des camions d'agences arrivent à la chaîne. Dommage, nous ne pourrons pas profiter tranquillement de ce petit coin de paradis!
 
 
 
 
L'eau est très froide, mais aussi très chargée en sel. Tellement chargée que nous flottons tout seul!
 
 
Pas besoin de rétro-pédalage pour lever les bras! On se laisse aller à être porté à la surface... En sortant, la peau et les maillots de bain sont vite recouverts d'une fine épaisseur de sel... hum! On se sent tout sec!
 
Puis la journée touche déjà à sa fin...
 
De retour à San Pedro, nous faisons nos aux revoirs à Erica et Pablo, prenons une douche rapidos, chargeons la voiture, embrassons Brigitte et partons avec Chris en direction de Calama. San Pedro c'est déjà fini. Nous y serions bien restés plus longtemps, mais le concours de circonstances avec la location de voiture a fait que nous devions retourner à Calama ce soir-là. Autant y reprendre directement un bus pour remonter dans le Nord Chili.
 
La course poursuite est entâmée. Il est 20H30 en quittant San Pedro. Nous devons rendre la voiture avant 22H, Chris doit prendre son bus à 22H30, et nous, nous devons trouver un bus pour Iquique.
 
A 21H45, nous arrivons à l'aéroport pour rendre la voiture, sans problème. Ouf! S'il savait... Nous chopons un taxi et arrivons à 22H25 au terminal de bus Turbus, Chris ne l'a pas râté! Quant à nous, tous les bus pour Iquique sont pleins. Nous demandons alors aux compagnies de nous vendre un billet pour n'importe quelle destination... Hors de question de rester à Calama, plaque tournante de la drogue et ville craignosse selon plusieurs sources... en vain. Un mec de la compagnie Pullman nous propose alors un mic mac et nous trouve deux places en cama dans le bus de 23H20 pour Iquique. Ouf! Plus cher que prévu, mais tant pis, on le prend!
 
En attendant notre bus, un homme passe devant nous en sifflotant un air qui ne nous est pas inconnu. Je dis alors "encore un qui chante "hijo de la luna"?!" puis l'homme se retourne en nous souriant. 
 
En moins de deux minutes nous nous endormons dans le bus pour une courte, très courte nuit...
 
.............................................................................................................................................................................
 
 
JOYEUX ANNIVERSAIRE!!!
 
Nous fêtons aujourd'hui l'anniversaire de Guillaume!
27 ans, ça vaut bien un Terremoto (au moins!!).
 
 
Merci à tous pour vos messages, skypes, dromacartes...
 
Pour les news "fraîches", nous sommes désormais à Arica, avant de passer au Pérou d'ici deux-trois jours!
 
A+
 
Elise et Guillaume

Publié à 05:04, le 24/04/2013, dans Chili, San Pedro de Atacama
Mots clefs : laguna Chaxalaguna Cejargeysers de Tatiolocation voiturevalle de la muertevalle de la lunavolcan licancaburdésertvélo


Kikou

03:38, 24/04/2013 .. Publié par Romain
Coucou tous les 2.
Bon annif Guillaume.
++

Commentaire sans titre

01:36, 28/04/2013 .. Publié par Aurélie
Hola !

ça rappel plein de beaux souvenirs

et je suis preneuse de vos recettes ;-)

bises

{ Page précédente } { Page 35 sur 99 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



Rubriques

Argentine
Avant le depart
Bolivie
Bresil
Chili
Equateur
Guyane
Paraguay
Perou
Preparatifs
Uruguay

Derniers articles

Articles Equateur

Sites favoris

Blog d'Aurélie et Yannick

Amis