A l'autre bout du bout du monde

Coroico (27 Mars - 6 Avril)

Ne ratez pas l'article précédent sur Sorata!!

 

Mercredi 27 Mars
 
Depuis Sorata, nous effectuons un nouveau retour express à La Paz. Le soir nous réussissons enfin à choper Clément et Mary, des potes de Guillaume (de Bouaye). Ils sont eux aussi en voyage depuis Septembre pour environ un an. Après avoir fait une bonne partie du même parcours, on arrive enfin à se croiser. Pour fêter ces retrouvailles, nous les emmenons au chinois pour un apéro-dîner. 
 
Après avoir pas mal discuté, on leur demande quels sont leurs plans pour les jours à venir et si ça leur dit de nous accompagner en trek. En effet, on a prévu dès demain d'aller à Coroico, une ville à trois heures de La Paz, puis de partir dans les jours qui suivent pour "El Choro", un trek de quatre jours sur un ancien chemin inca. Ils sont partants, on le fera donc tous les quatre!
 
Jeudi 28 Mars
 
Nous partons ensemble faire des courses pour le trek. Nous retournons donc dans le même supermarché que pour le trek de Sorata. En début d'après-midi, nous prenons un bus, tous les deux, direction Coroico. Eux restent à La Paz car demain ils descendent la route de la mort en VTT, la route la plus dangereuse du monde. Elle se finit très proche de Coroico donc ils nous rejoindront ensuite. Nous, nous n'avons pas trop envie de la faire: sensation garantie mais dangerosité aussi. Il y a déjà eu quelques morts en VTT depuis que cette excursion existe. Avant, il n'y avait que cette route pour aller de La Paz à Coroico mais une nouvelle a été construite, plus sûre, plus large, bitumée et munie de rambardes. Sur l'ancienne route, des bus et des camions tombaient régulièrement 600m plus bas, dans le ravin. Nous passerons par la nouvelle avec notre bus et allons les attendre à Coroico tranquillement.
 
Le soir, nous trouvons une place dans un hôtel pas trop cher "La Torre". Malheureusement, le lendemain, c'est le début de la Semaine Sainte, beaucoup de boliviens partent en week-end à cette occasion, donc le prix de la chambre va doubler et il n'y aura pas de place pour Clément et Mary qui arriveront. En plus, l'hôtel est crade, il n'y a pas de prises pour recharger les appareils, et pas de deposito pour partir en trek, il faut donc trouver autre chose pour demain! Nous nous mettons directement en quête d'un nouvel hôtel. Pas de chance, ils sont tous complets!
 
Vendredi 29 Mars
 
Juste après le petit-déjeuner, nous filons à "Sol y Luna", un hôtel à une vingtaine de minutes à pied du centre. Là-bas, il serait possible de camper d'après le Routard. Mais une fois arrivés, on nous dit que pendant la saison des pluies ce n'est pas possible et que le terrain est détrempé. Par contre, une chambre pour quatre est libre pour ce soir, à 50 bolivianos par personne. Ce sont les prix pratiqués en ville pendant la Semaine Sainte et surtout c'est un des seuls hôtels qui ne soit pas encore complet, on réserve la chambre! On découvre alors où nous sommes tombés: un complexe touristique plutôt luxueux composé de petits bâtiments dont des cabanes familiales, tout cela construit en pleine forêt et formant un parc immense... il y a même deux piscines et une salle de relaxation... on va être bien ici pour un peu de repos avant et après le trek!
 
Le soir, on a RDV avec Clément et Mary, sur la place principale. Pas de chance, coupure d'électricité dans toute la ville depuis midi: les trouver dans le noir va être plus compliqué que prévu. Au final, au bout d'une grosse demi-heure d'attente on se retrouve. Ils sont bien contents qu'on leur ait réservé une chambre car ils ont entendu que c'était le bordel à cause de la Semaine Sainte et ont eu peur de ne rien avoir pour ce soir! Nous dînons ensemble dans un restaurant, à la bougie, puis nous retournons à l'hôtel tous les quatre, à la frontale!
 
Samedi 30 Mars
 
Jour de repos pour tout le monde! Clément et Mary sont un peu crevés de leur descente de la mort d'hier et ça ne nous fera pas de mal de nous poser une journée de plus avant de (re)partir en trek. 
 
Dimanche 31 Mars
 
Réveil matinal pour choper un bus pour La Paz qui nous déposera à La Cumbre, au départ du trek. Le temps est gris, même très gris et sur la route, il pleuviote. Arrivés à destination, il est déjà 11H, nous partons dans la brume avec nos quatre capuches vertes sur les sacs, "Tortues Ninjas, Tortues Ninjas..."!
 
 
Nous sommes à environ 4700m d'altitude et le trek se finit à 1300m, ça va donc bien descendre! Mais pour commencer, nous grimpons, nous grimpons même plutôt fort. En plus, une légère averse de grêle s'abat sur nous mais bon on reste quand même motivé, c'est le début du trek!
 
Puis le chemin redescend enfin, nous sommes au point le plus haut du trek, aux alentours des 5000m. On choisit de continuer un peu pour trouver un coin plus à l'abri avant de s'arrêter pique-niquer car à cette hauteur et en plein vent, il caille! Nous croisons alors quelques personnes qui vont vendre des produits (pommes de terre...) à La Paz avec leur mule. Ils viennent de Chucura, le village près duquel nous devrions dormir cette nuit. 
 
Après la pause déjeuner, nous continuons notre marche dans le froid et la brume. On ne verra pas grand chose de ce qui nous entoure lors de cette première journée. L'essentiel c'est que nous ne soyons pas trop trempés car il reste quand même trois jours derrière! 
 
 
Vers 16H, nous arrivons à un premier petit village, Samaña Pampa où un mec nous demande de nous enregistrer, par sécurité. On s'exécute et on lui achète une petite carte du trek pour un boliviano. Il nous dit qu'il n'y a pas de problème pour poser notre tente n'importe où dans le coin ce soir et nous prévient qu'à Chucura, le prochain village, il faudra payer vingt bolivianos chacun. 
 
Sortis du village, on pousse un petit bout de route puis on décide de poser nos tentes. Nous trouvons un bon coin pas trop humide, à l'écart du chemin, près d'un rio: parfait! On s'arrête là pour la nuit. Après une bonne soupe et des pâtes, on se couche... il est 19H30!!
 
Lundi 1er Avril
 
Au réveil, pas un nuage, le soleil brille, nous découvrons enfin le paysage qui était dans la brume hier.
 
 
Nous nous mettons en route et arrivons rapidement à Chucura. Nous essayons de passer discrètement et nous nous disons qu'en passant tôt peut-être que nous éviterions le paiement du chemin. Raté! Un papi nous attend pour nous enregistrer et nous faire payer. On discute un peu mais on se rend compte qu'on n'aura pas le choix donc on paie et on se remet en route. Le soir, nous trouverons le "recibo" de touristes passés il y a un mois, le coût du chemin était alors de dix bolivianos par personne... 
 
 
Pour cette deuxième matinée, nous traversons toujours une végétation basse mais pour peu de temps encore. En effet, ça se densifie rapidement et quand nous arrivons à Challapampa vers midi, nous sommes déjà dans la forêt tropicale. 
 
 
Nous traversons notre premier pont "Indiana Jones" et nous déjeunons dans le village. Ici, seulement 3-4 maisons et des femmes qui épluchent des pommes de terre... c'est bien calme!
 
Puis, nos pâtes chinoises et un maté de coca avalés, nous reprenons la route. Le trek prend un petit air de rando de Martinique: climat chaud et humide, forêt dense et chemin détrempé. Nous croisons la route de nombreux papillons. Posés à terre, ils s'envolent à notre passage, magnifique! Puis nous profitons d'être prêts d'un rio et d'une jolie cascade pour faire une pause et prendre de l'eau.
 
 
 
Malheureusement, en milieu d'après-midi, la pluie se met à tomber. Nous attendons que ça se calme à l'abri de roches.
 
Puis nous repartons et arrivons vers 17H au village de Choro. Là, un homme nous propose de camper chez lui pour dix bolivianos par tente en disant qu'il n'y a rien d'autre plus loin. Mais quand Guillaume et Clément montent pour le payer et demandent si c'est bien Choro ici, son fils le trahit en disant que le village est à quinze minutes à pied mais qu'il n'y a personne qui y habite. Au final, nous partons vers le village. En effet, personne, mais quelques endroits où poser sa tente en bord de chemin et gratuitement. Nous nous arrêtons là puis c'est la même rengaine: montage de tente, soupe, pâtes et on se couche... toujours à 19H30!
 
Mardi 2 Avril
 
Après avoir une nouvelle fois tout remballé, nous nous mettons en marche. La journée commence par un nouveau pont "Indiana Jones" qui ne rassure pas Elise. 
 
 
Ensuite, nous devons grimper pour contourner une colline afin d'arriver dans une nouvelle vallée. Dans la journée, nous croiserons encore de tout petits villages de 3-4 maisons, des papillons, encore quelques ponts "Indiana Jones" et beaucoup de cascades en bord de chemin. Nous marchons dans une végétation de plus en plus dense. 
 
 
 
 
 
Arrêt à San Francisco (un village) pour le déjeuner.
 
 
Puis, nous repartons mais cette fois pour une partie qui monte et qui descend... ça ne peut pas descendre tout le temps. Nous croisons encore des ponts, des cascades, des passages périlleux.
 
 
 
 
Enfin, vers 17H, nous arrivons à Sandillani, village où nous avions prévu de passer la nuit. Nous cherchons s'il y a la possibilité de poser la tente gratuitement puis finalement, nous entrons dans la propriété d'un Japonais installé dans le coin. Il a organisé un camping dans son immense jardin avec vue panoramique sur tout ce que l'on vient de traverser: les montagnes, la vallée et la forêt tropicale.
 
 
Un petit coin de paradis où ce Japonais a choisi de s'installer et où le prix par tente est de dix bolivianos pour la nuit (un euro!).
 
Pour la dernière fois du trek, nous installons donc nos tentes puis nous préparons à manger. Le soir, à la nuit tombée et alors que nous discutons avant de nous coucher, Elise saute d'un coup: "un serpent!". On voit alors un petit serpent ramper entre nous, tout près, rouge et noir avec des anneaux jaunes et blancs.. Un serpent très fin mais long quand même! Mary essaie de l'écraser mais ça ne ne suffit pas: il repart bien plus vite qu'auparavant et lève la tête. On essaie de le faire fuire puis on rentre dans nos tentes bien vite sans rien laisser à l'extérieur. Nous espérons qu'il n'y en a pas d'autres, qu'on ne le reverra pas demain et surtout, qu'il n'y en a aucun dans la tente. 
 
Mercredi 3 Avril
 
Il a plu une bonne partie de la nuit et il pleut encore ce matin. On temporise un peu le petit déj' et le remballage des affaires pour attendre que ça se calme. A 10H, c'est reparti! Nous voilà sur le chemin pour la dernière journée de marche. Normalement, il nous reste environ 3H pour rejoindre le village de Chairo qui sonnera la fin du trek. 
 
Nous marchons vite, pressés d'en finir. Le chemin est étroit et nous sommes littéralement trempés à force d'effleurer les herbes et les feuillages pleins d'eau. Puis la pluie s'arrête complètement, la brume et les nuages se lèvent.
 
 
 
Après 2H de marche, nous apercevons déjà le village, en bas, au bord d'un rio. Quelques minutes de marche supplémentaires et ça y est, nous en avons fini! C'est la fin d'un trek qui nous aura vu partir aux environs de 5000m d'altitude, dans la rigueur de l'altiplano et dans un cadre de hautes montagnes pour finir à 1300m d'altitude dans la chaleur et la moiteur de la forêt tropicale, et ses insectes aussi!
 
 
Nous nous voyons alors déjà dans la piscine de l'hôtel et sous une bonne douche mais malheureusement, ça n'ira pas si vite. En effet, selon le Routard, il n'y a pas de soucis pour rejoindre Coroico. Et bien non! Certes, on nous propose de nous emmener à Coroico mais ce n'est pas un minibus régulier, c'est un transport privé donc beaucoup trop cher. Merci le Routard! Après quatre jours de marche, où l'on n'a presque rien dépensé, nous n'avons vraiment pas envie de gâcher nos bolivianos comme ça! On décide de se mettre à manger en attendant une solution.
  
Le conducteur revient alors nous voir et nous propose un prix correct pour nous emmener jusqu'à Yolosita d'où il y a des minibus pas chers pour Coroico. Ca nous va, mais il faut attendre une demi heure.
 
Finalement d'autres marcheurs avec un guide arrivent entre temps, prêts à payer le prix abusif pour aller jusqu'à Coroico. Le mec nous dit alors que ce n'est plus possible pour nous: priorité aux touristes qui payent cher! Et sa femme qui s'en mêle n'est pas du tout prête à négocier. Au final, on quitte le village à pied. Le mec aurait gagner de l'argent à nous prendre en plus des autres mais il ne veut pas, tant pis pour lui.
 
Plus loin sur le chemin, on trouve un conducteur plus enclin à négocier: on part à Yolosita avec lui. Après un trajet plus long en temps qu'en kilomètres, nous arrivons à Yolosita d'où on rechope un minibus pour Coroico, enfin!
 
Il ne nous reste plus qu'à grimper vingt minutes jusqu'à notre hôtel et ça y est! L'hôtel nous fait peur en n'étant pas sûr qu'il reste de la place puis finalement nous reloge dans notre chambre de quatre d'avant trek. Nous nous empressons de la redécorer en mettant nos affaires à sécher partout où nous le pouvons. Un beau bordel!
 
 
Le soir, pour clôturer le trek, du vin et des hamburgers... puis une bonne belote à l'hôtel!
 
Jeudi 4 Avril
 
Repos bien mérité à Coroico. Nous ne sommes pas pressés et ça sent la fin de la Bolivie donc nous allons nous accorder quelques jours tranquilles ici avant de repartir. Clément et Mary, eux, veulent rejoindre Rurrenabaque en Amazonie: une quinzaine d'heures de bus au programme et ceci dès le lendemain. Après une semaine passée ensemble ça va être le moment de se quitter. Le soir, nous décidons donc de nous préparer un apéro et un repas à l'hôtel pour arroser ça. On finira la soirée par une nouvelle belote.
 
Vendredi 5 Avril
 
Clément et Mary partent dans la matinée, sacs sur le dos. C'est le moment de se souhaiter une bonne fin de voyage à tous et d'éventuellement espérer se recroiser au Pérou (pourquoi pas?). Le reste de la journée sera bien tranquille.
 
Samedi 6 Avril
 
On profite de notre dernière journée à Coroico avec une connexion internet correcte pour "skyper", faire des recherches et envoyer des mails.
 
Demain, départ vers La Paz (sans s'y arrêter ce coup-ci!), pour rejoindre Sajama, à la frontière avec le Chili, où un parc fabuleux nous attend. Après quelques jours là-bas, il sera temps de quitter définitivement la Bolivie pour retourner au Chili!

Publié à 17:29, le 7/04/2013, dans Bolivie, Coroico
Mots clefs : saison des pluiestrek El Chororoute de la mortLa CumbreSemaine Sainte


{ Page précédente } { Page 39 sur 99 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



Rubriques

Argentine
Avant le depart
Bolivie
Bresil
Chili
Equateur
Guyane
Paraguay
Perou
Preparatifs
Uruguay

Derniers articles

Articles Equateur

Sites favoris

Blog d'Aurélie et Yannick

Amis