A l'autre bout du bout du monde

Tupiza, Sud Lipez et Salar d'Uyuni (18-23 Février)

HOLA BOLIVIA!!!!

Nous voici à Villazon, en Bolivie. Premiers instants ici et déjà les premières images nous rappellent le Brésil: beaucoup de monde dans les rues, des petites boutiques avec tout et n'importe quoi à vendre... le bordel en fait... mais au moins c'est bien vivant!

Nous trouvons rapidement un bureau pour échanger nos derniers pesos argentins à un taux bien faible mais tant pis, il nous en reste peu, juste pour la journée, le temps de trouver un distributeur en fait! Ensuite, direction le terminal de bus. Des taxis nous interpellent "Tupiza, Potosi!!". Pour 20 bolivianos (un peu plus de 2€) on nous emmène à Tupiza en taxi contre 15 en bus. Pour le bus il faut attendre plus de 2H, le choix est donc vite fait. On attend que le taxi se remplisse puis on part déjà de Villazon.

A notre grande surprise, la route jusqu'à Tupiza est bonne, parfaitement goudronnée. Elle est également magnifique, dans la continuité du Nord Ouest argentin: paysages de quebradas, de vallées et de montagnes de toutes les couleurs rongées par l'érosion. Pendant le trajet, nous faisons la connaissance d'un couple d'italiens, Lorena et David, qui voyage également un an. Eux, sont partis des Etats-Unis et ont descendu toute l'Amérique Centrale pour arriver jusqu'ici. Ils voyagent tout en enchaînant les missions de bénévolat et d'humanitaire.

Au bout d'une heure et demi, nous arrivons déjà à Tupiza, alors qu'il fallait trois heures en bus: bon choix! La Bolivie commence bien, nous sommes déjà arrivés à notre première étape, sans encombre et sans problème!

Un bolivien de notre taxi nous montre une adresse d'hotel pas trop cher, "La Torre", 100 bolivianos la nuit avec petit déj' (soit 10 euros). On s'y installe avec le couple d'italiens. Ensuite, le mec de l'hotel nous explique l'excursion qu'il propose pour le Sud Lipez + le Salar d'Uyuni. Et oui, ici, les hotels font quasiment tous agence de voyage en parallèle et le Salar + Sud Lipez est l'excursion phare, un des "musts" de la Bolivie. L'excursion à l'air énorme et les photos affichées partout sont exceptionnelles! On va le faire ce tour, c'est prévu! Mais on a le temps, on a deux mois en Bolivie et puis aussi, on voudrait retourner une dernière fois au Chili, à San Pedro de Atacama puis dans l'extrême nord du pays. On avait entendu parler de la possibilité de se faire déposer à San Pedro à la fin de l'excursion Salar + Sud Lipez mais ça, ce n'est pas possible d'ici car on finit par le Salar, à l'opposé de San Pedro!! Pour cela, il faudrait sans doute faire l'excursion depuis Uyuni, mais ça à l'air plus sympa d'ici: quatre jours au lieu de trois, on voit plus de choses, on passe plus de temps dans le parc du Sud Lipez... bref que du mieux apparemment! Et puis on nous parle des prestations des agences d'Uyuni qui ne sont pas toujours à la hauteur... Les italiens qui l'ont fait depuis Uyuni il y a peu parraissent même regretter de l'avoir déjà fait!

Il y a sans doute du vrai dans ce que l'agence est en train de nous dire mais le prix est supérieur! 1300 bolivianos pour 4 jours ici, environ 800 pour 3 jours à Uyuni! Alors certes nous ne sommes que quatre par 4x4 et disposons d'un chauffeur/guide + une cuisinière... mais nous ne savons pas trop quoi en penser. Et puis notre budget est léger en Bolivie. Nous allons nous laisser un peu le temps de réfléchir et d'aller voir ailleurs...

En attendant, nous partons manger un plat à un petit resto du marché. Pour 12 bolivianos soit un peu plus d'un euro, on a le droit a un bon plat mijoté par des mamies boliviennes! La Bolivie, on adore déjà!

L'après-midi et la journée suivante peuvent se résumer à la recherche de la meilleure agence. Pas si facile, elles proposent toutes le même tour à une route alternative près et les prix sont clairement alignés... Ce qui est sûr, nous ne rejoindrons pas San Pedro par l'intermédiaire d'une agence, beaucoup trop cher. Nous irons plus tard par nos propres moyens.

C'est bien joli de se renseigner mais du coup, on y va quand? A force d'avoir vu des photos et d'avoir eu toutes ces explications ça nous a vraiment donné envie donc on ne va pas attendre: on tente pour demain!

L'agence de notre hotel nous dit que deux suisses ont réservé donc si on complète, ça fait une voiture: banco! On part demain avec "la Torre"!

On demande une petite remise mais la boss ne daigne même pas nous regarder pour nous répondre qu'il n'y a pas de "descuenta". Dommage pour elle, on sait que des anglais qui partent demain ont eu l'excursion pour 1250! Alors là le mec à côté se sent con... OK pour 1250! C'est pas grand chose mais vu notre budget en Bolivie, ça compte!

On remonte dans notre chambre, rêver à ces magnifiques quatre jours. Mais une heure plus tard, le mec remonte nous voir "les suisses ont annulé, mais il y a des touristes qui arrivent d'ici ce soir donc si vous pouvez attendre un peu...". En effet, on ne peut pas partir à deux, il faut que la voiture soit complète.

19H, toujours rien, on va donc voir une autre agence: elle a deux places! On récupère notre argent à "la Torre", on partira finalement avec "Valle Hermoso"! Ouf! Fin de journée. Plus qu'à bien dormir et demain à 8H ce sera le départ pour quatre jours d'aventure! 

Jour 1: Mercredi 20 Février

Nous quittons notre hôtel pour rejoindre l'agence. Là bas, nous rencontrons nos deux compagnons de voyage: deux soeurs allemandes, Corinna 27 ans et Kathrin 19 ans. Nous commencons à discuter en espagnol mais nous passerons finalement les quatre jours en français car elles le parlent très bien. Nous rencontrons également notre guide/chauffeur et notre cuisinière pour les quatre jours à venir: Andres et Sonia. Allez, il est temps de partir, on met les sacs sur le toit, on rentre dans le 4x4: suivez nous!

Nous sortons assez vite de la ville et roulons dans une sorte de canyon, puis l'ascension commence dans les montagnes. Nous marquons un premier arrêt au site d'El Sillar, des formations géologiques impressionnantes dues à l'érosion. Nous en avons vu pas mal ces derniers temps mais c'est toujours aussi surprenant.

Puis nous repartons, toujours en montant! Notre guide enchaîne les feuilles de coca en nous disant que ça aide à supporter l'altitude. On s'y met donc aussi, heureusement, nous avions acheté un sac au marché hier soir. Puis il nous donne une sorte de pâte, un peu comme du plâtre, afin que ça soit moins amer!

Après un deuxième arrêt au milieu d'un élevage de lamas, notre chauffeur arrête la voiture: problème! Au début, on ne comprend pas trop puis en voyant du liquide sur la roue on comprend que c'est un problème... de frein! Les 4x4 qui étaient derrière nous finissent par nous rattraper et un véritable attroupement se crée autour de notre véhicule: c'est l'attraction. Ca blague, ça rigole. Nous on rit un peu jaune parce que ça fait seulement trois heures qu'on est parti et il y a déjà un souci... c'est pas gagné!

Mais finalement au bout d'une bonne demi heure, c'est réparé, nous repartons. Notre chauffeur vient quand même de colmater la fuite avec le cuir de sa languette de chaussure!! Chapeau!! Nous ne savons pas trop jusqu'où nous irons avec la voiture mais au moins on a un bon mécano à bord!

Le reste de la journée sera moins mouvementé:

Pause déjeuner au milieu de nul part... et des ânes...

Puis arrêt à San Pablo de Lipez, petit village et pourtant capitale (rien que ça!) du Sud Lipez, avec même sa garnison de soldats et son château en terre!

Vers 15H30, nous arrivons à San Antonio de Lipez, petit village au milieu d'un haut plateau et entouré de montagnes. Notre chauffeur nous annonce alors que nous allons dormir ici cette nuit et non pas à Quetena Chico comme il nous l'avait dit le midi. Pourtant, on a encore du temps pour rouler! Nous sommes bien étonnés de nous arrêter si tôt alors qu'il voulait aller au plus loin aujourd'hui pour être plus tranquille demain. Bon, c'est pas bien grave, ça va nous permettre de faire un petit tour du village mais par contre demain ça veut dire réveil très matinal!

Nous nous sommes arrêtés dans un petit hospedaje, mais nous ne sommes pas seuls: un autre groupe composé de trois allemands et d'un suisse passera la nuit avec nous.
 
Nous partons faire un petit tour jusqu'au mirador qui surplombe le village. Pas bien vite car nous sommes ici à plus de 4000m et notre souffle est bien court! Nous avons le malheur de sortir notre appareil photo à 100m d'une femme en train de tricoter dehors: elle remballe à toute vitesse son attirail et se met à courir attrapant son fils au passage puis se barricade chez elle... curieux... on voulait juste prendre une photo du village!
 
 
Puis nous revenons pour le goûter! Et oui, tout est prévu! Nous profitons même de notre temps libre pour jouer au Ligretto avec nos allemandes. Elles connaissent ce jeu mais ça ne les empêche pas de subir la dure loi des "Hurlevents". Juste avant le dîner, le temps se couvre pour passer à l'orage, l'occasion d'une jolie photo.
 
 
Ce que nous a mijoté notre cuisinière est encore excellent, nous nous régalons. Puis juste après, deux gamins de la maison viennent nous jouer de la musique, un au charango, l'autre à la flûte de pan: mémorable! Bon c'est loin d'être parfait mais ça nous fait bien rire, c'est déjà ça!
 
Avant de se coucher, notre guide vient nous voir. Il nous dit que la Laguna Verde n'étant pas verte en ce moment, elle ne présente pas d'intérêt. Il nous propose donc de couper un peu le parcours. Selon lui, ça nous permettrait de faire tout plus tranquillement. Etonnés, on ne sait pas trop quoi penser puis après concertation, on lui dit que peu importe, on veut la voir cette laguna. OK, donc réveil à 4H30 et ptit déj' à 5H!...
 
Nous partons donc nous coucher tôt. Nous serons "réveillés" deux fois par quelqu'un qui tente d'entrer dans la chambre. A chaque fois, voyant nos têtes se relever, il dira "disculpe amigos" et refermera la porte, bizarre... "Réveillés" parce qu'Elise aura quasiment passé une nuit blanche, à inspirer-expirer-inspirer... La respiration se fait quand même difficile! En plus elle s'inquiète un peu pour celle de Guillaume, cyclique, très régulière, avec de longues pauses de plus de dix secondes, telle un Cheyne-Stockes pour les amis médecins. On découvrira une fois internet retrouvé, qu'il s'agit d'une respiration périodique d'altitude, liée à l'augmentation de l'élimination du dioxyde de carbone... Etonnant, mais flippant!
 
Jour 2: Jeudi 21 Février
 
Prêts pour le petit déj' à 5H, nous partons une demi heure plus tard. Il fait encore nuit mais le clair du jour arrive vite, par contre il pleut légèrement. 
 
Alors qu'il fait à peine jour, nous effectuons notre premier arrêt de la journée aux ruines du village "Fantasma". C'est un ancien village de mineurs, les villageois d'à côté disent qu'il est hanté...
 
 
Puis nous repartons pour une longue traversée dans les montagnes et vallées verdoyantes. De temps en temps, nous apercevons des troupeaux de lamas et même des vigognes, leurs cousines non domestiquées.
 
En milieu de matinée, nous arrivons enfin dans une zone plus désertique, c'est l'entrée au Sud Lipez puis assez vite aux portes de la réserve Eduardo Avaroa. Nous nous acquittons du droit d'entrée puis nous filons vers Quetena Chico. Nous avons roulé 4H pour y arriver, on aurait sans doute pu atteindre le village hier soir. Mais bon, on pense que notre chauffeur avait besoin de temps pour réparer la voiture car il est resté longtemps dessus hier, après notre arrivée à l'hospedaje. Bref, peu importe, ce matin tout roule et nous sommes dans le Sud Lipez: les merveilles vont désormais pouvoir s'enchaîner les unes après les autres...
 
Et une première lagune pour commencer, dans laquelle les montagnes se reflètent parfaitement, et où quelques flamants se nourissent...
 
 
Puis vient une seconde...
 
 
Puis une vision irréelle, le Salar de Chalviri, que nous observons de loin...
 
 
... avant de le traverser.
 
 
Puis dans le prolongement de ce décor irréel, nous nous arrêtons pour un bain dans les thermes de Polques! 
 
 
Nous retrouvons ici tous les 4x4 qui étaient avec nous hier et même bien d'autres, venus de San Pedro et d'Uyuni. Nous déjeunerons tous ensemble à la suite du bain.
 
En début d'après-midi, nous partons vers la laguna verde. Et nous avons bien fait de tenir tête à notre guide, la route en vaut la peine:
 
Désert de Dali, en hommage au peintre,
 
 
Montagnes rouges sang,
 
 
Puis à l'arrivée, les lagunas blanca et verde et à l'arrière le volcan Licancabur. Nous sommes tout près des 5000m...
 
 
Nous sommes alors tout proche de la triple frontière Argentino-Chilo-Bolivienne. Le désert d'Atacama n'est pas loin... mais ce sera pour plus tard!  
 
Au retour, même route, nous repassons prendre notre cuisinière restée sur le lieu de notre déjeuner et filons vers les geysers "Sol de Mañana". Le décor est surréaliste: un air de vallée de la lune avec la fumée des geysers en plus! Nous prenons garde à l'endroit où nous posons les pieds car ça fume, ça bouillonne de partout et la vapeur sort à environ 200 degrés.
 
 
Pour finir la journée, nous arrivons à la laguna colorada, une lagune aux eaux rouges où mangent des tas de flamants roses.
 
 
Nous logerons dans une hospedaje proche de celle-ci ce qui permettra à Guillaume d'aller faire un tour avant le goûter pendant qu'Elise fait la sieste pour récupérer de sa nuit blanche.
 
 
Le soir, même programme que la veille: dîner et cartes. Les allemandes nous font goûter une sorte de muscat qu'elle ont ramené de Tarija. Nous sommes toujours accompagnés des allemands et du suisse. 
 
Puis avant de nous coucher: rebelote! Notre guide vient nous voir pour nous proposer une nouvelle alternative à l'excursion "classique". Il a une urgence et veut savoir si on peut finir l'excursion demain. Nous ferions la journée "normale" mais en partant un peu plus tôt afin d'avoir le temps d'aller sur le Salar pour assister au coucher de soleil. Puis après retour à Uyuni et l'excursion est finie. Pour nous convaincre, il nous dit que le coucher de soleil sur le Salar est beaucoup plus beau que le lever...
 
Nous sommes un peu sur le cul, après sa proposition d'hier de zapper la laguna verde alors que c'était magnifique, on ne croit pas trop à son "urgence". On se concerte quand même et l'on se dit que si la nuit et les repas sont payés jusqu'au déjeuner du quatrième jour, comme prévu, nous verrons bien. Mais quand il revient il nous dit que l'agence n'est pas au courant donc il peut nous donner de l'argent pour la dernière nuit prévue mais qu'il n'est pas question de nous payer les repas. Il coupe alors court à la discussion, tant pis, si on ne veut pas nous suivrons le programme normal: réveil à 6H30... très bien, sur ce, nous partons nous coucher.
 
Jour 3: Vendredi 22 Février
 
Aujourd'hui, grand soleil! Nous partons en direction d'Uyuni que nous rejoindrons en fin de journée. Mais avant ça, premier arrêt au milieu du désert de Siloli, près d'énormes roches volcaniques sorties de nul part, dont le fameux "arbol de piedra", l'arbre de pierre.
 
 
Nous reprenons la route, nous traversons toujours un véritable désert!
 
 
Avant d'arriver près d'une première lagune, la laguna honda. Les montagnes et les flamants roses se reflètent parfaitement dedans.
 
 
Ce ne sera que la première lagune, nous nous arrêterons encore devant deux autres, toutes plus belles les unes que les autres... 
 
 
 
Nous finissons par la laguna Negra, dans laquelle des algues carnivores ont élu domicile. Elles ne mangent pas les oiseaux, qui contiennent trop peu de sang mais s'attaquent aux lamas ou aux hommes qui auraient l'idée de s'y baigner... brrr...
 
 
Le midi, nous déjeunons au milieu de roches volcaniques, immenses une nouvelle fois, dans la vallée de las piedras. Il y a même une pierre en forme de condor.
 
 
Puis nous traçons la route jusqu'à Uyuni, en passant au milieu des champs de quinoa, et en traversant quelques villages. En approchant de la ville, le terrain devient plat, tellement plat que nous voyons au loin le reflet des montagnes dans on ne sait quoi. C'est le Salar! Nous ne le verrons pas avant demain mais nous pouvons déjà distinguer une grande zone plane fuyant à l'horizon.
 
Arrivés à Uyuni, nous nous arrêtons au cimetière de trains avant de nous installer dans notre hospedaje du soir!
 
 
Puis pour passer le temps, nous initions notre guide à la Schkobe. L'occasion également de détendre l'atmosphère après nos deux refus successifs à ses propositions. 
 
Pour le dernier diner, nous buvons du fernet/coca à l'apéro, puis Sonia, notre cuisinière, nous offre une bouteille de vin pour l'occasion. Ce coup-ci, pas de surprise de notre guide avant de nous coucher. Il nous dit seulement qu'il faudra être prêts à 5H pour le départ demain matin, afin d'admirer le lever de soleil sur le Salar.
 
Jour 4: Samedi 23 Février
 
Réveil matinal! Il est à peine 5H lorsque nous quittons notre hospedaje. Il fait nuit noire! Nous suivons une piste puis traversons le village de Colchani avant de rouler dans l'eau. C'est le Salar! Il y a de l'eau par endroit à cette époque car c'est la saison des pluies. D'ailleurs, nous ne pouvons pas aller aussi loin qu'en saison sèche donc nous n'irons pas voir les îles Pescado et Inca Huasi. Mais ce n'est pas grave, l'essentiel c'est d'y être. Nous roulons maintenant sur une partie sèche, nous distinguons le sol, recouvert de sel, mais nous ne voyons pas bien, il fait encore très sombre. Arrivés au musée, un ancien hôtel de sel, notre guide nous propose d'aller plus loin, pour profiter du lever de soleil tranquilles, sans personne autour! Quelle bonne idée! C'est parti! Nous guettons la lueur du jour derrière nous, de peur que le soleil se lève avant que nous n'arrivions.
 
Arrivés à destination, sur le Salar et sans personne ni aucun 4x4 à l'horizon, nous pouvons alors descendre et profiter des lumières magnifiques sur cet endroit unique!
 
 
Nous avons même droit au petit déj', en attendant que le soleil se lève. Au fur et à mesure, la pénombre s'estompe, le ciel et les nuages rougissent... 
 
 
 
 
Puis, d'un coup, la lumière jaillit de derrière les montagnes. Nous pouvons alors nous amuser à prendre des photos, jouant sur la perspective et la profondeur du lieu. Nous pourrions rester ici des heures tellement l'endroit est hors du commun. 
 
 
Malheureusement il faut déjà repartir. Nous passons par l'ancien hôtel de sel devenu musée.
 
 
Nous découvrons alors les petits montagnes de sel que les travailleurs réalisent pour sécher le sel avant qu'il soit chargé pour l'usine. Et oui, le Salar, ce n'est pas qu'une destination touristique, c'est aussi une zone de travail et d'extraction du sel. 
 
 
Et le Salar ne contient d'ailleurs pas que du sel. Beaucoup de matières se trouvent sous la croûte de sel. L'une d'elle, le lithium, se trouvant 200m sous la surface du Salar, est une ressource très convoitée, car utilisée pour fabriquer les batteries. Nombreuses sont les entreprises intéressées par ce lithium. Mais la Bolivie veut garder le contrôle et développer une filière industrielle bolivienne mais avec des financements et une aide technique étrangère. Quoi qu'il en soit, cette merveille est en danger car le lithium pourrait être exploité à grande échelle et le Salar en serait défiguré!
 
Pour finir notre "tour", nous partons profiter de la partie du Salar qui est sous une légère hauteur d'eau. C'est magnifique, le ciel se reflète parfaitement dans l'eau et il est difficile de distinguer l'horizon.
 
 
 
Puis il est déjà l'heure de sortir d'ici. Un petit tour par le village voisin qui vend de l'artisanat en sel et des jolies tissus et nous voilà revenus à Uyuni. Nous avalons notre dernier déjeuner préparé par Sonia. 
 
 
C'est alors le moment des "aux revoirs", nous saluons Sonia et Andres et attrapons nos sacs pour partir en direction du bus. Uyuni c'est déjà fini, mais cette ville touristique n'a aucun autre intérêt que d'être aux portes du Salar donc nous n'y restons pas. Nos aventures vont désormais se poursuivre à Potosi...
 
 

Publié à 18:38, le 2/03/2013, dans Bolivie, Tupiza
Mots clefs : lagunasSalar d'Uyuniflamants rosesSud Lipezvolcansexcursion


Coucou

03:31, 3/03/2013 .. Publié par Romain
J'ai pas visité le site depuis 2 semaines... piou, j'ai de la lecture pour 4 jours ! lol

Sympa les panoramiques
Bises

Commentaire sans titre

16:41, 3/03/2013 .. Publié par coco gallego
vas te rasé bequio.sa commence a faire nouche...............

{ Page précédente } { Page 45 sur 99 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



Rubriques

Argentine
Avant le depart
Bolivie
Bresil
Chili
Equateur
Guyane
Paraguay
Perou
Preparatifs
Uruguay

Derniers articles

Articles Equateur

Sites favoris

Blog d'Aurélie et Yannick

Amis