A l'autre bout du bout du monde

La Quebrada de Humahuaca (10-13 Février)

Depuis Salta, nous traversons Jujuy et arrivons dans la Quebrada de Humahuaca, immense vallée bordée de montagnes multicolores et de cactus. Notre première étape dans la Quebrada sera Tilcara, où a lieu en ce moment le célèbre carnaval du Nord-Ouest Argentin. Beaucoup de locaux viennent de Salta, ou Jujuy, pour fêter cet évênement. A l'approche du village, nous nous retrouvons dans les bouchons pendant une heure, pas étonnant!

Depuis le bus, nous voyons des tentes plantées partout sur le bord de route et du rio. Nous espèrons tout de même trouver une petite place au camping!
 
En descendant du bus, c'est la folie du carnaval: les gens sont enfarinés, et beaucoup se promènent avec des "bombes de neige" pour arroser à tout va n'importe qui. Nous faisons alors parti de ce "n'importe qui" et nous prenons plein de mousse dans la tronche. Il y a beaucoup de monde, on peine à avancer dans la rue, surtout avec nos gros sacs sur le dos. On essaie d'éviter ceux qui ont une bombe en main, tout en gardant notre objectif en vue: le camping. 
 
Une fois trouvé, on nous dit que c'est complet, qu'il faut aller voir les autres campings d'à côté. Mais il n'y en a pas 36. Tilcara est un petit village, et vu la foule présente pour le carnaval, nous commençons à désespérer de trouver un endroit où se poser. Sans grande surprise, les deux autres campings sont complets aussi. Juste à côté se trouve un espèce de terrain vague, avec quelques voitures stationnées. Nous nous y aventurons doucement en nous disant que peut-être nous pourrions nous poser ici pour la nuit. Une voiture garée à l'entrée nous fait des appels de phares, un mec sort de la voiture et nous explique que pour poser notre tente, on doit lui filer 60 pesos. Il n'y a rien ici, qu'un bout d'herbe pour la tente. Le mec essaie de se faire son business en s'appropriant le terrain qui peut-être ne lui appartient pas. On se casse vite fait d'ici, toujours au milieu des gens et des voitures qui n'avancent pas, et décidons de retenter notre chance au premier camping. Entre temps nous sonnons à un hostel pour demander s'il n'y aurait pas une petite place pour notre tente, le mec nous dit que c'est complet chez lui depuis six mois pour le carnaval et que c'était une mauvaise idée pour nous de venir à Tilcara ce week-end sans réservation. Au camping, les deux vigiles refusent de nous laisser entrer, alors qu'ils donnent l'autorisation à une famille argentine avec un bébé de passer...
 
Nous commençons vraiment à désespérer. Nous ne voyons aucune alternative si ce n'est faire comme beaucoup d'autres personnes: planter sa tente à l'arrache où l'on peut. Option difficilement acceptable, car c'est le vol assuré. Arrive alors un papi qui nous propose de le suivre jusque chez lui, apparemment il a de la place pour nous! Nous le suivons alors dans les rues de Tilcara, et entrons dans son jardin derrière un mur avec portail. Plusieurs tentes sont déjà installées, on dirait que papi a improvisé un camping chez lui. Il nous propose la dernière petite place qu'il lui reste, pour 60 pesos la nuit. Il y a deux WC et deux douches, sans doute insuffisants pour le nombre de tentes qu'il y a déjà, mais ça fera l'affaire pour cette nuit. Désormais, nous n'avons plus le choix.
 
Il n'y a quand même pas assez de place pour notre grande tente, les voisins doivent décaler un peu la leur pour nour faire un peu d'espace. Depuis le terrain vague de papi, nous pouvons entendre les fanfares, un beau bordel dans la ville. Alors une fois installés, nous filons dans la rue pour participer aux festivités. 
 
Il y a énormément de monde. Les gens errent en se grisant de farine, et se bombardent toujours de neige. Nous sommes surpris de voir que personne, ou presque, n'est déguisé, qu'il n'y a pas de défilé dans la rue, nous ne voyons même aucune fanfare! Drôle de carnaval... En attendant l'animation, nous goûtons à des spécialités de la région: de la pâte de figue avec des noix, et aussi à une sorte de crêpe/chausson au jambon/fromage. Puis finalement, rien de plus ne se passera dans la rue, nous rentrons donc dormir chez papi... du moins nous essayerons parce que c'est le bronx dans le "camping", et jusqu'au petit matin dans la ville.
 
Le lendemain, on dirait bien que le jardin de papi se vide: plus de la moitié des tentes sont repliées, nous laissant plus d'espace. Aujourd'hui, nous comptons bien profiter des environs de Tilcara... Pour nous mettre en jambes, nous goûtons à la cuisine local avec entre autres les tamales: présentés dans une feuille de maïs comme l'humita, c'est une purée de maïs avec on ne sait pas trop quoi dedans...
 
... Puis nous partons sur les hauteurs, vers la Pucara, ancienne forteresse de l'époque pré-colombienne. En route nous faisons plus ample connaissance avec la faune locale.
 
 
 
 
Encore une fois, nous sommes impressionnés par l'immensité des cactus, et continuons notre séance photos.
 
 
 
 
 
Enuite direction le mirador depuis une autre coline proche de la cité. De là nous dominons la ville et les alentours. Nous sommes en fin de journée, le soleil est bas, bientôt derrière les montagnes, ce qui est propice aux photos. 
 
 
 
 
Remarquez les beaux chapeaux artisanaux pour lesquels nous venons de craquer!
 
Un apprenti flûte de pan joue quelques airs andins connus... quel calme... c'est bien apaisant de se retrouver sur les hauteurs, loin de cette folie carnavalesque.
 
De retour au camping, alors que nous nous préparons une petite salade dans la tente, quelqu'un s'empare d'une de nos serviettes décathlon à séchage rapide. Elle était étendue juste là devant la tente! Ce sera le premier vol du voyage... c'est pas bien grave, mais tout de même, elle était bien utile cette serviette!
 
Nous entendons toujours le bordel dans la ville, une "comparse" (ou fanfare) qui s'éloigne puis se rapproche. Allez, filons la trouver! Nous arpentons les rues en essayant de suivre le son de la musique... Par moment on se croit plus proche, puis un instant après on n'entend plus rien... Finalement nous arrivons à tomber dessus au coin d'une rue, avec moultes jeunes entrain de danser et boire. Une boisson carnavalesque est distribuée à volonté dans la rue, le "soratora" ou un truc comme ça... Nous allons faire remplir notre bouteille d'eau pour goûter au breuvage: c'est très sucré et très léger, un mélange de vin blanc, de sucre, de citron et de "nous ne savons pas trop quoi"... Ca passe bien...
 
Seulement quelques personnes sont déguisées en diables, costume traditionnel du carnaval. Nous rencontrons alors "el diablo" qui agite son drapeau coloré d'un diable mangeant la croix de Jesus. Il nous ressert du breuvage avant que la comparse ne se remette en route pour avancer encore dans la rue. Pendant plus d'une demi-heure nous entendons la même mélodie entraînante, et tout le monde chanter en coeur en répétant dix, vingt fois les mêmes refrains... Pas très variée cette musique de fanfare... Nous suivons le cortège qui nous déposera finalement devant "chez nous". Ca y'est, maintenant que nous avons goûté au carnaval de Tilcara, nous pouvons aller nous coucher!
 
Le lendemain, nous filons prendre un bus direction Humahuaca. Nous sommes Mardi Gras, et la fête devrait se poursuivre là-bas, jusqu'à la fin de la semaine! Nous roulons sur une route bitumée à bord d'un bus qui semble perdre sa direction: pendant une heure, le chauffeur donne des coups de volant à droite à gauche, même en ligne droite... Heureusement, nous n'avançons pas très vite mais avons quand même hâte d'arriver!
 
Une fois à Humahuaca, à 2900 mètres d'altitude, nous nous installons au camping rustique de la ville. Ce coup-ci pas de problème pour trouver une place... les festivaliers ont déjà en partie libérés les lieux, tant mieux.
 
Le village est perdu au milieu des montagnes arides... Chaque maison est construite en terre, les ruelles sont étroites, pavées... Tout comme à Tilcara, ça ne ressemble en rien à l'Argentine que nous avions connue jusqu'à maintenant.
 
Nous allons grignotter une crêpe au quinoa, où un couple argentino-vénézuelien fait chauffer son eau (pour le maté) au four solaire. La ville est calme, le carnaval n'a pas encore repris pour aujourd'hui. Le soir, nous continuons nos dégustations avec du locro: soupe de haricots préparée avec du maïs blanc et de la viande de porc. Et oui, l'Argentine a quand même ses spécialités culinaires! Il a fallu arriver dans le nord-ouest pour enfin en découvrir. Ouf, il n'y a pas que des pastas et des pizzas dans ce pays!
 
En parlant de mets locaux, Humahuaca est aussi la ville de la première dégustation de lama pour Guillaume. Qu'en est-il de cette viande? "Ca n'a rien d'extraordinaire, c'est une viande qui a un goût prononcé, tendre et filandreuse comme du boeuf". 
 
Nous avons tenté de trouver l'office du tourisme à Humahuaca, mais en vain... Du coup avec le peu d'informations sur les chemins alentours à découvrir, nous nous sommes contentés d'un petit tour du centre du village jusqu'au monument de l'indépendance du pays. De là, nous avons un joli point de vue sur les environs. On se sent quand même plus vite essouflé à cette altitude dans les escaliers, et surtout, on met plus de temps à reprendre notre souffle!
 
 
 
 
 
De la musique retentit dans les rues, la même qu'à Tilcara et probablement la même que partout ailleurs... une comparse s'approche, beaucoup de gens sont déguisés... Guillaume court, les rattrape, les met dans la boîte! Hop!
 
 
Vous l'aurez compris, le carnaval aux Antilles, et plus particulièrement en Martinique, n'a rien à envier à celui du Nord-Ouest Argentin... du moins à ce qu'on en a vu!
Allons maintenant nous enfoncer encore un peu plus dans la cambrousse du Nord, en nous rapprochant de la Bolivie...
 

Publié à 00:30, le 20/02/2013, dans Argentine, Quebrada de Humahuaca
Mots clefs : pucarahumahuacatilcaracarnavalcamping


{ Page précédente } { Page 49 sur 99 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



Rubriques

Argentine
Avant le depart
Bolivie
Bresil
Chili
Equateur
Guyane
Paraguay
Perou
Preparatifs
Uruguay

Derniers articles

Articles Equateur

Sites favoris

Blog d'Aurélie et Yannick

Amis