A l'autre bout du bout du monde

Les Vallées Calchaquies (07-10 Février)

Nous voici partis de Cafayate pour rejoindre Angastaco, notre première étape dans les vallées Calchaquies. On nous a annoncé 2H30 de bus pour 70km, ça en dit long sur la qualité de la route! Et en effet, à part la première partie qui est bitumée, pour le reste, nous sommes sur une piste. De plus, sur le chemin, il n'y a pas toujours de ponts ce qui nous oblige de temps en temps à rouler dans l'eau pour traverser les rios. Et puis ici, en janvier et février, c'est la saison des pluies. L'eau qui ruisselle modifie constamment la route et la rend difficile. Apparemment, lors d'épisodes de fortes pluies, la route devient même impraticable et les villages des vallées restent isolés quelques jours. Ce n'est pas le cas aujourd'hui mais à un moment, notre chauffeur devra tout de même manier de la pelle pour nous permettre de passer.

Les paysages défilent sur un fond sonore des années 80 avec entre autres, ABBA, Boney M et Desirless (Voyage! Voyage!)... 
 
 
A l'approche d'Angastaco, le paysage devient surnaturel, un peu comme dans la quebrada de las conchas. 
 
 
 
Puis, enfin, nous arrivons à Angastaco, à 1990m d'altitude en début d'après-midi. Nous récupérons nos sacs humides, à priori, les soutes ne sont pas totalement étanches aux passages de rios...
 
Nous sommes juste devant une auberge, juste à côté de la place du village. Le bâtiment nous paraît vraiment trop beau pour pratiquer des prix abordables. Et en plus, il y a une piscine... vraiment pas pour nous... Nous filons quand même demander le prix de la chambre, on ne sait jamais. Pour 140 pesos, on va y passer la nuit! Les meubles sont en bois de cactus et le dessus de lit en laine de lama... la classe!
 
 
 
Guillaume qui n'était déjà pas très bien dans le bus, est de plus en plus mal. Après quelques temps allongé, c'est dans les toilettes qu'il finira. Jusqu'à en boucher l'évier...
 
Mais Docteur Gégé intervient et quelques pilules et heures de repos plus tard, ça va déjà un peu mieux. Nous pourrons même aller nous promener pour contempler les alentours de la ville avant le coucher du soleil.
 
 
 
 
 
 
Le lendemain, notre route dans les vallées continue. Il n'y a pas de bus entre Angastaco et Molinos mais nous espérons bien y arriver en stop et si possible aller jusqu'à Cachi, plus au Nord.
 
Après un petit déjeuner avec du pain digne d'étouffes chrétiens, nous partons à la sortie du village avec nos sacs sur le dos. Quelques voitures passent... C'est pas l'autoroute mais il y a du passage, on est confiant. Une demi-heure plus tard, un 4x4 s'arrête. Walter habite Angastaco et va se reposer quelques jours dans les environs de Salta. Il passe par Cachi, c'est parfait, on monte!
 
 
Au bout d'une heure et environ 40 km, nous arrivons à Molinos, la première étape. Walter s'arrête manger donc nous l'accompagnons. Après avoir englouti une salade avec du poulet pour un prix défiant toute concurrence, nous repartons... enfin, non... la station essence n'étant pas ouverte, il faut attendre. Mais combien de temps? Walter ne parle pas beaucoup donc nous ne savons pas trop à quoi nous attendre. Il nous arrête devant l'église pour une photo. Puis nous emmène sur la place du village. Lui part téléphoner puis discuter plus loin, nous, nous attendons. Au bout de 2H, nous repartons enfin, après être passés à la station.
 
Il reste environ 40km pour atteindre Cachi. Mais sur cette route, 40km ça demande du temps. Et Walter s'arrête en plus de temps en temps dans des villages pour son boulot. On finit par littéralement s'endormir... puis il nous dit que là c'était son dernier arrêt. Cachi nous voilà! A quelques encablures de l'arrivée, on manquera tout de même de se prendre une voiture en pleine face. Un touriste arrivant à toute vitesse et légèrement à gauche a la bonne idée de piler au lieu de nous éviter. Résultat: un tout droit! Heureusement Walter a de bons réflexes et de bons freins. Il nous dit qu'il est habitué et qu'il est attentif car ça arrive souvent. On a eu chaud en tout cas! Ou plutôt le mec en face car 206 contre 4x4, il n'en restait qu'un!
 
Enfin, vers 17h, nous arrivons à Cachi. La ville se trouve à 2230m. Walter nous dépose sur la place et nous quitte là. Nous montons alors nous installer au camping municipal. Le lieu est plutôt sympa, de la pelouse, de l'ombre, des sanitaires et des douches nickels! Pour 40 pesos, on y restera même deux nuits!
 
Le soir, même si la fête bat son plein dans le village pour le carnaval, nous resterons sagement au camping. 
 
Malheureusement, samedi, le temps n'est pas au beau fixe. Entre les gouttes, nous parvenons à trouver un transport pour aller à Salta demain, un "remis" au même prix qu'un bus. Pas plus. Même pas un créneau de beau temps pour aller monter sur un mirador ou visiter une des ruines des alentours. Dommage car Cachi est situé dans un cadre exceptionnel avec des montagnes proches dépassant les 6000m. Tant pis. Même pas de carnaval, ce soir, tout est tombé à l'eau à cause de la pluie! Mais ce n'est que partie remise. 
 
Dimanche matin, nous quittons donc Cachi en remis. Il fait beau, nous pouvons enfin admirer les environs de Cachi sous le soleil. Arrivés au village suivant, nous prenons deux argentins et entamons une folle montée vers le col de Piedra del Molino. Nous enchaînons alors les longs lacets pour atteindre les hauts plateaux dans un décor désertique seulement ponctué par les cardones de puña, des immenses cactus. Au loin nous apercevons les hautes montagnes enneigées. Puis, une fois le col passé, à 3400m d'altitude, nous apercevons la route qui serpente au bord des ravins jusque dans la vallée. Brrr!!! Elise n'est pas rassurée. Ce lieu s'appelle la "Valle Encantado", la vallée enchantée, et on comprend pourquoi! Notre chauffeur s'arrêtera même pour que l'on prenne quelques photos! 
 
 
Une fois la descente bien négociée par notre chauffeur du jour, nous filons vers Salta, la plus grande ville du nord argentin. Nous n'avons pas prévu de nous y arrêter, nous préférons continuer vers les petits villages du nord plutôt que de s'attarder dans une ville. Notre prochaine étape sera Tilcara, dans la Quebrada de Humahuaca, où nous espérons goûter à la folie du carnaval.     

Publié à 03:12, le 18/02/2013, dans Argentine, Cachí
Mots clefs : CachiMolinosAngastacostopcamping


{ Page précédente } { Page 50 sur 99 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



Rubriques

Argentine
Avant le depart
Bolivie
Bresil
Chili
Equateur
Guyane
Paraguay
Perou
Preparatifs
Uruguay

Derniers articles

Articles Equateur

Sites favoris

Blog d'Aurélie et Yannick

Amis