A l'autre bout du bout du monde

Parcs Ischigualasto & Talampaya (30 Janvier-03 Février)

De Valparaiso à Mendoza, la majestueuse "Route des Andes" nous attend. Malheureusement, en ce moment, sans doute pour causes de travaux, la circulation ne se fait que dans un sens: des bus de nuit depuis le Chili et des bus de jour depuis Mendoza. Nous ne verrons donc pas le sommet des Amériques, l'Aconcagua, dominer les Andes de ses 6962m de haut, en tout cas pas de jour.

Malgré tout, nous sommes à l'avant du bus et la clarté de la nuit nous permet d'imaginer le décor que nous traversons. Après être passés auprès de Santiago, nous commençons notre ascension. Le bus grimpe dans les lacets et nous distinguons des "à pics" vertigineux sur notre droite. Les lumières des voitures, beaucoup plus bas, nous indiquent que nous montons fort. Lors du passage de frontière, un peu avant le lever du jour, nous passerons le sommet de notre périple, autour des 3800m. Ensuite, ce sera la descente vers Mendoza, ville d'un million d'habitants, posée au pied des Andes.

De Mendoza, il y a peu à dire. Notre séjour de deux jours, dont le premier à récupérer de notre nuit en bus, ne nous a pas permis de découvrir beaucoup de cette ville. Pour ce qu'on a pu en voir c'est une grande ville, une de plus, sans charme particulier et pas très dépaysante, avec ses platanes et ses larges rues.

Désormais, nous n'attendons qu'une chose: la traversée du désertique nord ouest argentin qui nous mènera jusqu'aux portes de la Bolivie. D'ailleurs, nous sommes même tellement pressés de découvrir cette toute nouvelle partie de l'Argentine, que nous n'irons même pas visiter une "bodega", une propriété viticole. Et pourtant, c'est l'attraction du coin, nous sommes tout près de la route des vins et dans la principale région productrice d'Argentine. Cela dit, pas besoin d'aller si loin pour une balade en vélo au milieu des vignes, et pas besoin d'aller dans une bodega pour déguster du vin argentin.

Pour nous, l'essentiel est ailleurs... deux jours après y être arrivés, nous quittons donc Mendoza sans regrets, direction San Agustin del Valle Fertil en passant par San Juan. De là bas, nous serons proches des deux parcs classés Patrimoine Mondial de l'Humanité: Ischigualasto (aussi appelé Vallée de la Lune) et Talampaya.

Dans le bus, en sortant de Mendoza pour aller à San Juan, nous distinguons l'Aconcagua très loin, nous l'aurons au moins aperçu une fois! Le paysage est semi désertique, mais tout de même parsemé de quelques vergers et cultures agricoles rendus possible par l'irrigation. Nous pouvons voir également quelques vignes. Puis de San Juan à San Agustin del Valle Fertil, nous commençons à nous enfoncer dans le désert. Nous croisons alors des villages isolés avec des maisons construites en terre. Un petit air du nord du Brésil...

Enfin, nous arrivons à San Agustin del Valle Fertil, petit village sorti de nulle part. Des mecs nous proposent chambres, excursions... Merci, mais on va se débrouiller seuls. Nous trouvons notre bonheur à "Las Violetas" où nous négocions un bon prix pour la nuit.

Nous partons ensuite à l'office du tourisme pour avoir quelques renseignements sur les deux parcs et les manières de les visiter. Ils sont tous les deux loin de tout et aucun bus n'y va d'ici. Mieux vaut avoir un véhicule ou alors il faut se payer une excursion ou un transfert, plutôt cher! Le mec de l'office nous explique que si l'on va à Ischigualasto, au retour, il est possible de se faire déposer à un croisement. De là, un bus venant de La Rioja peut nous prendre et passe juste devant l'entrée du parc Talampaya. Il nous confirme également que dans les deux parcs, il est possible de camper. Nous avons la même idée en même temps, on va faire du stop et du camping! Ce sera bien moins cher et plus sympa que de prendre une agence! Il nous dit qu'il n'y a pas beaucoup de véhicules mais que ça peut le faire sans problème: c'est parti! Nous filons au mercado faire des réserves pour au moins deux jours et demi. On ne sait pas combien de temps ça va nous prendre pour faire les deux parcs!

Le soir, n'ayant pas de cuisine à disposition, nous utilisons notre réchaud sur le trottoir (comme des manouches!!), juste devant notre chambre, puis nous dînons sur le lit: le grand luxe!

Le lendemain, nous quittons l'hostel un peu avant 9H, avec tout notre attirail: la mission commence! Arrivés sur la route principale, nous commençons à faire du stop. Une voiture passe... une deuxième... elle s'arrête! Nous tombons alors sur un Suisse en vacances dans le coin. Il est tout seul dans sa voiture et va à... Ischigualasto! Parfait, nous aussi! Nous trouvons une place pour les sacs, pour nous, et on y va! Après dix minutes d'attente, nous sommes donc déjà en direction du parc Ischigualasto! Notre bienfaiteur du jour, Andreas, est en vacances pour un mois. Il est arrivé à Rio, puis en Argentine où il a loué une voiture à Mendoza pour deux semaines. Il est peintre à Zurich et parle suisse-allemand mais il comprend et parle un peu le français.  Pour mieux se comprendre, nous communiquons en franglais.

Au bout d'une bonne heure de route, nous arrivons au parc. Nous sommes presque les premiers. Il faut attendre qu'il y ait plus de monde car la visite se réalise en convoi avec son propre véhicule. Un guide accompagne chaque convoi qui peut aller jusqu'à trente voitures! Avant de partir, nous retrouvons un français que nous avons croisé la veille entre deux bus, au terminal de San Juan. Il va faire le tour en même temps que nous.

Il est 11H30, l'excursion commence enfin: elle va durer à peu près trois heures et elle comprend cinq arrêts. Nous partons, toujours dans le véhicule de notre Suisse. 

 
Pour résumer ce que nous avons retenu de la visite: tout ce que nous voyons date d'environ 200 millions d'années, de l'ère triasique, bien avant la formation de la Cordillère des Andes! Le parc est appelé Ischigualasto qui signifie "terre sans vie" en quechua et le nom "Vallée de la Lune" est un nom touristique qui ne correspond qu'à une partie du parc. Elle est appelée ainsi car elle ressemble à l'idée qu'on peut se faire des paysages lunaires. Ce parc est très important pour les paléonthologues car le sol en argile est imperméable à l'eau ce qui a permis la conservation de traces de dinosaures. De plus, il n'y a pas à creuser pour les trouver, l'érosion se charge de faire ressortir des fossiles régulièrement. On nous explique aussi des choses concernant la géologie mais nous vous épargnerons cela. Pour ce qui est des paysages, les photos sont plus parlantes que n'importe quelle description.
 
 
 
 
On a un peu l'impression d'être en excursion "safari" en se déplaçant en voiture dans le parc et avec le nombre de véhicules qui se suivent mais les paysages valent vraiment le coup. C'est assez hallucinant, un peu extraterrestre, on se croit vraiment sur une autre planète!
 
 
 
 
 
La visite terminée, Andreas nous dépose au croisement que nous avait indiqué le mec de l'office du tourisme. Le bus de l'après-midi est déjà passé donc il n'en reste plus qu'un ce soir à la nuit tombée. Mais nous espérons bien nous faire prendre en stop avant, on compte sur notre bonne étoile du jour. Nous nous posons au seul endroit où il y a un peu d'ombre pour nous faire des sandwichs. Après environ trente minutes au bord de la route, à peine les sandwichs terminés, un mec s'arrête pour nous prendre, "Veve". Il va à Villa Union donc passe devant le parc Talampaya. Décidément, la chance est avec nous! 
 
Arrivés à l'entrée du parc, nous découvrons notre camping du soir: quelques emplacements en plein désert et pas un brin d'ombre. Par contre il y a du wifi! Nous nous posons à l'accueil, sur la terrasse du restaurant. Nous faisons alors la rencontre de Javier, un argentin de Rio Grande, une ville située en Terre de Feu. Il a quitté son boulot en décembre et voyage pour quelques mois en Amérique du Sud, jusqu'en Equateur, comme nous! Nous discutons d'un peu de tout, voyage, cinéma, musique... en partageant des bières. 
 
 
Puis, un peu avant la tombée de la nuit, nous partons monter nos tentes. Ensuite, encore une fois, nous partageons un dîner à la frontale. Nous ne savons pas encore ce que nous allons faire le lendemain. Plusieurs solutions s'offrent à nous: visites guidées en camion, en bus, à pied ou à vélo. Une visite guidée combine vélo et marche, ça nous dit bien, mais nous verrons demain matin!
 
 
Le lendemain, à sept heures, Guillaume se lève pour observer le lever du jour sur le campement.
 
 
Ensuite, petit déj' et démontage de tente, en partageant également le maté avec Javier. Nous avons décidé de faire la visite vélo + marche tous les trois. Seul problème, les vélos se trouvent à 13km de l'entrée, il faut donc un véhicule pour y aller! Sur ce coup, c'est un peu abusé, au prix de l'excursion, les guides ne disposent même pas d'un véhicule pour nous emmener jusqu'au point de départ. Heureusement, nos voisins de camping sont en voiture et veulent faire la même excursion, mais avec le guide, nous sommes six! Pas de place pour tout le monde donc! Alors que nous nous apprêtons à partir sans Javier, Elise gueule un peu, et finalement tout s'arrange. Un autre couple part marcher donc ils peuvent emmener Javier. Il faudra juste se serrer au retour pour monter à six dans la voiture!
 
C'est parti! Nous montons avec le couple qui dispose d'un véhicule, Marcos et Paula. Ce sont deux argentins de Cordoba, qui sont installés à Ibiza où ils ont deux hôtels. Dans la voiture, ils nous donnent des bons plans pour le nord de l'Argentine et le Salar d'Uyuni, en Bolivie.
 
Puis, une fois arrivés au point de départ, nous enfourchons nos VTT! Ce n'est pas si facile de pédaler sur ce sol qui est par endroit très mou et sableux. Et puis il fait chaud, très chaud, mais les paysages sont magnifiques. Nous nous dirigeons vers un canyon avant de circuler à l'intérieur! La balade durera quatre heures, en alternant vélos et marche. Nous passons au milieu de quelques nandus, nous croisons des perruches et des maras (sorte de gros lièvre). Là encore, les photos valent mieux qu'un long discours.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Revenus à l'accueil du parc, nous buvons une bonne bière, toujours avec Javier, pour clôturer cette magnifique visite. Puis, juste le temps de déjeuner et nous devons déjà quitter cet endroit magique. En effet, un bus passe au bout de la route vers 16H et va nous emmener vers La Rioja. Ensuite, il nous restera deux bus à enchaîner pour arriver à notre prochaine étape, Cafayate, demain vers midi.
 
 

Publié à 21:03, le 6/02/2013, dans Argentine, San Agustín de Valle Fértil
Mots clefs : route des andesparc talampayaparc ischigualastocamping


un petit coucou

22:58, 13/02/2013 .. Publié par Marie-T
toujours aussi magnifique votre reportage ! Les paysages....d'une autre planète!!!! Mais quelle chance de pouvoir partager des moments de vie avec des gens d'un peu partout!
Bises

{ Page précédente } { Page 52 sur 99 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



Rubriques

Argentine
Avant le depart
Bolivie
Bresil
Chili
Equateur
Guyane
Paraguay
Perou
Preparatifs
Uruguay

Derniers articles

Articles Equateur

Sites favoris

Blog d'Aurélie et Yannick

Amis