A l'autre bout du bout du monde

Pucon: 2ème partie (20-25 Janvier)

Dimanche 20 Janvier

Une nouvelle fois, nous nous réveillons tardivement. Au petit déj', nous croisons Aurélie et Yannick, les Grenoblois. On regarde ensemble ce qu'on peut faire dans le parc Villarrica. Un trek de quatre jours convient à tout le monde. On partira donc tous les quatre demain, reste plus qu'à faire les courses! 
 
Lundi 21 Janvier
 
Réveil matinal, le soleil est au beau fixe, une bonne journée s'annonce. Après un petit déj' copieux, nous laissons nos affaires à Monica, nous reviendrons jeudi soir à l'hospedaje. Nous partons tous les quatre prendre le bus qui nous approchera du parc. Qui nous approchera, oui, car aucun bus ne va jusqu'à l'entrée du parc! Avant le trek, notre première mission sera donc d'arriver à son point de départ. Nous montons dans un bus qui nous dépose au bord de la route, à une quinzaine de kilomètre de l'entrée du parc. Bon, pour ce qu'il reste, on va essayer de faire du stop.
 
Peu de voitures passent devant nous et les quelques unes ne s'arrêtent pas. Après plus d'une heure d'attente et de discussion, on se résigne à avancer un peu en marchant. Alors qu'on a bien fait 500 mètres, on voit passer d'autres auto-stoppeurs qui attendaient en même temps, nous doubler dans une voiture. La prochaine c'est pour nous! En effet, on se fait prendre juste après par un pick up. Aurélie devant, nous trois à l'arrière dans la benne, parfait! Malheureusement, le mec ne va qu'au kilomètre cinq mais c'est déjà ça! On repart donc encore à pied, toujours en discutant. Puis un gros pick up nous double, c'est la CONAF, ceux qui gèrent le parc. Ils hésitent à s'arrêter puis finalement nous disent de monter à l'arrière. Le mec fonce sur la route de terre, on s'accroche à tout ce qu'on peut pour ne pas passer par dessus bord! Plus loin, on prend deux autres marcheurs, on est six dans la benne, c'est un peu serré. En plus, le chemin est de moins en moins bon, ça devient un peu du franchissement d'obstacle! Enfin, on arrive à la cabane des guardaparques. On paye l'entrée (6000 pesos chacun), puis on se dirige vers le camping le plus proche. Il est déjà midi, on va poser la tente avant de partir randonner. Heureusement, on avait prévu un programme allégé pour le premier jour. On savait que ça allait être la galère pour arriver jusqu'à l'entrée. D'ailleurs, même chose pour le dernier jour car il faudra revenir en stop également!
 
On arrive au camping, il est ombragé, chacun des emplacements comporte une table, il y a un bloc sanitaire... et personne d'autres. Tout ce qu'il nous faut! On va être bien là. On s'installe, on mange, puis Aurélie et Yannick nous initient au jeu des cochons. 
 
 
Bon! On est bien ici mais on est quand même venu pour randonner. Aujourd'hui, on s'était dit qu'on pourrait faire un petit sentier aller/retour qui va jusqu'au glacier Pichillancahue, au pied du volcan Villarrica, mais avant, sieste pour tout le monde! 
 
Seize heures, que c'est bon de dormir, mais il est temps de partir maintenant. On passe au milieu de la forêt où l'on croise encore quelques araucarias. On doit rejoindre le sentier qui part vers le glacier mais c'est plus long que prévu, et ça ne fait que monter, pas si facile. Et puis, pour ne pas changer, toujours des taons! 
 
On arrive enfin au départ du sentier, il faut environ 2H30 pour faire l'aller et retour, on ne va pas revenir tôt! Après quelques temps dans la forêt, nous découvrons un paysage désertique, volcanique, le sol est gris, l'eau du torrent qui coule au milieu aussi. Nous sommes au-dessus de 1400m et la forêt ne pousse pas au-delà car les conditions climatiques sont trop rudes. On commence à dominer les environs, on voit le volcan Quetrupillan derrière nous. 
 
 
On continue à monter. Ce n'est pas si facile sur ce sol volcanique, on a l'impression de marcher dans du sable. On aperçoit une montagne noire au loin, et le volcan Villarrica juste derrière. 
 
 
On se dit qu'il n'y a plus qu'à la contourner pour arriver au glacier. Mais, en s'approchant, nous voyons que le torrent part d'ici, l'eau coule de la montagne. On comprend alors que depuis tout à l'heure c'est le glacier que nous voyons! Mais il est noir car recouvert de poussières volcaniques.
 
 
Un glacier noir, ce n'est pas commun! On ne s'attendait pas à ça, on est bluffé!! Guillaume recharge la bouteille avec l'eau du glacier, on fait quelques photos puis on repart dans l'autre sens. 
 
 
Nous redescendons tranquillement vers le campement en discutant. Tellement tranquillement qu'il fait presque nuit quand nous arrivons. Nous devrons donc préparer le repas, manger et nous doucher à la frontale!
 
Mardi 22 Janvier
 
Grosse journée aujourd'hui, 10H de marche au programme! Petit déj' et repliage express de tout le matériel et en avant! Lorsqu'on arrive au point de départ du sentier, il est déjà 10H. Un panneau indique 22km jusqu'à notre prochain campement mais un autre indique 15km et notre carte du parc aussi! Qui croire? On ne sait pas trop! Nous espèrons en tout cas qu'il ne faudra pas plus de 10H pour tout faire. 
 
Le début du parcours est difficile ça ne fait que monter! Les montagnards ont tôt fait de nous semer, ils vont beaucoup plus vite que nous! Après nous avoir attendus plusieurs fois, on leur dit de filer, on se retrouvera pour la pause déjeuner. Vu qu'ils y seront avant, ils nous proposent de faire cuire notre riz en nous attendant. Cool! 
 
On continue donc la montée à notre rythme, doucement mais sûrement. Et encore et toujours avec les taons qui nous font enrager!
 
Après 3H de marche et de montée non-stop, nous arrivons enfin à un sommet! Nous sommes bien contents de retrouver nos compères! Le panorama est sompteux...
 
 
 
...et en plus, notre riz est prêt!
 
Après une courte pause, nous repartons, encore 7H de marche nous attendent théoriquement. Ce coup-ci ça redescend mais Elise en a plein les pattes donc on laisse de nouveau filer les Grenoblois. Après une période un peu à découvert, nous rentrons de nouveau dans la forêt. Plus de paysages à contempler pendant notre marche, seulement les taons avec lesquels on se bat encore! Puis après un long moment, nous repartons à grimper et enfin nous ressortons de la forêt. Nous croisons alors un guardaparque près d'un chapiteau. Nous lui demandons où nous en sommes et s'il reste encore beaucoup de route pour arriver à notre campement du soir. II nous confirme alors que le sentier fait bien 22km et qu'il reste 3-4H pour finir. C'est le coup de grâce pour Elise. C'est vrai que ça fait déjà 6H qu'on marche et à l'idée d'en faire encore quatre, nous ne sommes pas ravis. Il nous dit aussi que Aurélie et Yannick sont passés il y a déjà une heure. Ils avancent les montagnards! Au passage, il nous dit qu'il reste toute la semaine ici, au milieu de nulle part. Sympa, mais faut aimer la solitude. 
 
Malgré cette désillusion, on essaye de se remotiver pour finir, mais c'est dur. Et pourtant, le paysage est magnifique. Nous dominons de nouveau les alentours, nous apercevons le volcan Villarrica et nous sommes tout près du Quetrupillan. 
 
 
Il nous faut encore 2H pour traverser ce haut plateau et grimper en haut de la dernière difficulté du jour. Ca y est, ça se termine. Bon, il nous reste encore environ 2H, mais nous n'avons plus qu'à redescendre. En plus, nous apercevons l'objectif final, la laguna Azul, près de laquelle se trouve le camping. Ca fait du bien!
 
La fin du parcours nous permet de découvrir les paysages que nous traverserons le lendemain: des vallées désertiques entourées de montagnes et le Lanin qui surplombe majestueusement tout cela. 
 
 
 
On traverse quelques passages enneigés. Le temps se couvre au loin, on se demande s'il va pleuvoir, il est temps d'arriver. On revoit alors la lagune que nous avions aperçu plus haut. 
 
 
Ce sont les derniers efforts, mais qu'ils sont difficiles! Presque arrivés en bas, nous apercevons un champ entier de roches noires, jusqu'au ruisseau et à la lagune. En fait c'est une ancienne coulée de lave que l'eau a arrêté. Impressionnant!
 
 
Au loin, nous voyons une tente orange installée en haut d'une butte. La tente des Grenoblois!!! Enfin, on y est!! Quel soulagement! On descend jusqu'au ruisseau où ils viennent à notre rencontre. Ca fait bien plaisir de les voir après toute cette marche! Il est quasi 20H, on aura bien mis 10H comme prévu, mais on aura fait 22km! 
 
Ce soir, pas vraiment de camping. Juste une zone où l'on peut poser les tentes. Nous sommes seulement quatre à camper au milieu de nulle part. On est récompensé de nos efforts, le cadre est magique, nous sommes juste au-dessus de la lagune, au milieu des montagnes. 
 
 
 
Mercredi 23 Janvier
 
Nous nous réveillons au bord de la lagune, les lumières sont magnifiques. 
 
 
Aujourd'hui, le programme devrait être plus tranquille. Selon les indications, il reste 12H de marche pour arriver à l'autre entrée du parc et nous avons deux jours pour les réaliser. Pour rejoindre l'endroit où nous pouvons camper ce soir il faut en faire un peu plus de la moitié apparemment. 
 
Nous commencons notre journée par la traversée de la coulée de lave que nous apercevions hier. C'est incroyable de se retrouver au milieu de ces roches.
 
 
Ensuite, nous enchaînons par un plateau désertique. Nous progressons à une altitude d'environ 1600-1700m donc il n'y a pas de végétation à cette hauteur. Ce qui donne lieu à des paysages surprenants. 
 
 
 
Nous traversons une succession de plateaux arides entourées de montagnes. A chaque fois nous devons grimper pour découvrir ce qui nous attend. Une fois en haut, un point de vue, une vallée différente. Puis nous redescendons pour la traverser. Ensuite, il faut regrimper... 
 
 
A un moment nous passons près d'un trou immense, un ancien cratère? Nous voyons aussi une autre coulée de lave ancienne, toujours le volcan Quetrupillan et même le Villarrica à l'arrière. 
 
 
Derrière nous, très très loin, on aperçoit deux nouveaux volcans, vers le sud. On monte encore un peu puis on s'arrêtera là pour déjeuner, devant ce joli panorama.
 
 
Pendant le repas, on doit encore combattre ces sacrés taons! Décidément dès qu'on s'arrêtent ils rappliquent! On en profite pour regarder la carte. On a l'air d'avoir bien avancé. Plus que 2H et on devrait arriver près du lac, notre lieu de bivouac. Nous repartons bien motivés à l'idée de ne pas finir tard pour pouvoir profiter d'une bonne baignade dans le lac.
 
Aujourd'hui, on marche tous les quatre. Le sentier n'est pas trop difficile donc les montagnards ne nous sèment pas. 
 
On redescend, on regrimpe, puis nouveau point de vue: le volcan Lanin surplombant une vallée un peu plus verdoyante. On se rapproche de l'eau. On ne voit pas le lac mais il ne doit pas être bien loin. Il n'y a plus qu'à descendre en tout cas. A côté de nous, les roches sont rouges. Devant nous, des lagunes entourées d'une végétation basse, des sortes de marais. Au loin, la forêt et des sommets aux formes ciselées.
 
 
 
Nous descendons, nous descendons. On continue en traversant les zones marécageuses que l'on voyait plus haut. Enfin, nous apercevons un lac au loin, la laguna Avutardas, nous arrivons!
 
 
Nous descendons à tout vitesse, contents d'arriver. Il y a de plus en plus de taons. Puis on arrive à une forêt où l'on croise quelques vaches! Voilà pourquoi il y a tant de taons ici! La zone où nous pouvons camper doit se trouver par là mais on veut se rapprocher du lac et avoir un point d'eau.
 
Tout à coup, vision de rêve: une belle plage nous attend au bord du lac!
 
 
On descend à la plage par un chemin à vaches, puis nous tombons nez à nez avec 3 veaux bien mignons, chacun d'une couleur différente!
 
 
On avance, ce ne sont pas trois veaux qui vont nous empêcher de camper! On pose les sacs. Cette plage ferait une belle zone pour notre campement de ce soir. Par contre pas d'eau, il faudra se servir de l'eau du lac pour cuisiner et boire. Nous verrons plus tard, pour le moment c'est l'heure de la baignade. Ce lac est magnifique, ça fait du bien!
 
Mais à peine la baignade terminée, plusieurs vaches débarquent sur la plage. Quelques unes à gauche de nous, d'autres à droite! Oulà! Ca fait beaucoup de vaches et nous sommes au milieu! Puis d'un coup, on voit une vache aller à l'eau et déverser toute sa bouse et sa pisse dans le lac!! Merde!! Puis toutes les autres vaches la suivent laissant une belle nappe à la surface du lac. Hum! Le lac dans lequel nous venons de nous baigner ressemble plutôt à un sanitaire pour vaches!! Sympa! 
 
En tout cas, pas question de rester là ce soir, il faut trouver un autre coin, mais aussi trouver de l'eau car finalement on ne pourra pas se servir de celle du lac. 
 
Yannick et Guillaume partent à la recherche d'un endroit plus propice. Il y a un chemin qui part de la plage. Pour le prendre, ils poussent les vaches d'un côté. Mais dommage, entre temps, d'autres vaches arrivent du chemin justement. Pris en tenaille, ils commencent à se rapprocher des buissons. Puis, distinguant un taureau dans le tas, ils sautent dedans!!
 
 
S'en suit une petite balade dans les épines alors que le troupeau passe. Ressortant des buissons, ils retrouvent les filles qui étaient un peu inquiètes de ne plus les voir. 
 
Bon allez, pas de temps à perdre, il va falloir reprendre les sacs et marcher un peu pour s'éloigner des vaches et du taureau. 
 
Nous trouvons finalement une place bien plus adaptée pour notre campement un peu plus loin. Par contre l'eau vient sans doute du lac donc il faudra bien la faire bouillir et la purifier avant de l'utiliser. On s'installe, en s'amusant de notre mésaventure. Puis, puisqu'il est tôt, nous inicions Yannick et Aurélie à la "Schkob" avant de dîner.
 
Jeudi 24 Janvier
 
Aujourd'hui, dernier jour de trek. Il ne nous reste plus beaucoup de chemin à parcourir pour rejoindre la sortie du parc mais nous ne partons pas trop tard. En effet, il faut arriver au plus tôt sur la route pour avoir une chance de revenir en stop.
 
Heureusement pour nous, le chemin ne fait quasi que descendre au milieu de la forêt. On va donc vite et on est à l'ombre, tout ce qu'il nous faut pour ce quatrième jour de marche. En 3H, nous venons à bout du sentier. 
 
Nous sommes alors au bord de la route qui mène à la frontière argentine, celle que nous avons déjà silloné deux fois en bus, pour arriver à Bariloche puis pour venir à Pucon.
 
Il est midi, il n'y a plus qu'à attendre une voiture pour nous ramener à Pucon. Nous décidons de nous séparer en deux groupes pour avoir plus de chance. Grands princes, on laisse les Grenoblois se mettre devant nous pour être pris en premiers. 
 
Une heure passe, on bouffe pas mal de poussière dès qu'il y a une voiture mais personne ne s'arrête pour le moment.
 
Pour passer le temps, nous rêvons à notre repas du soir pour nous récompenser de ce trek: assortiment de légumes à l'apéro, poulet au curry, bananes flambées avec de la glace et du chocolat, pas mal! Elise part soumettre ça à Yannick et Aurélie qui sont plutôt chauds pour ce repas "gastronomique". 
 
Deux heures passent, toujours rien. Une famille qui allait dans l'autre sens nous a bien promis de nous prendre au retour mais ils ne reviendront qu'en fin de journée. C'est déjà ça mais on espère bien être pris avant.
 
Deux heures quinze d'attente, une voiture s'arrête enfin et emmène Yannick et Aurélie. A peine le temps de les saluer et de prendre leur place que la voiture suivante, un pick up, s'arrête aussi. Le mec ne va qu'à Currarehue mais ça nous va, on prendra un bus ensuite. On monte dans la benne du pick up et c'est parti! On a alors le droit à une véritable excursion 4x4 privée: la voiture fonçant sur la route et nous à l'arrière, adossés à la cabine, tournés vers le paysage magnifique qui défile sous nos yeux.  
 
Après s'être fait déposés à Currarehue, nous prenons un bus pour Pucon. De retour à l'hospedaje, Monica nous montre le coin qu'elle a réservé pour les "français". Un véritable appartement rien que pour nous quatre: une cuisine, un salon et une salle de bain! Parfait pour préparer le repas que l'on a prévu pour ce soir!
 
Arrivent alors Yannick et Aurélie qui sont bien contents de nous retrouver. Ils ne pensaient pas qu'on allait trouver une autre voiture aussi rapidement et arriver si tôt.
 
Nous sommes tous contents d'avoir passé quatre jours ensemble dans un parc aux décors aussi fabuleux et pourtant si tranquille. En effet, sur le trek, nous avons croisé en tout et pour tout quatre personnes! 
 
Le soir, un repas d'anthologie clôturera ce trek.  
 
 
Nous terminerons bien tard après avoir initié les Grenoblois au Ligretto et regardé les vidéos de leurs précédents pays visités. Puis avant de se coucher, les adieux, car ils partent le lendemain dans la matinée pour le sud et Puerto Montt.
 
Nous, nous ne reprendrons la route que le soir, après une journée bien peu productive. Direction Valparaiso où nous devons retrouver Pablo, rencontré à Petrohué.
 
 

Publié à 22:24, le 31/01/2013, dans Chili, Pucón
Mots clefs : volcan Quetrupillanvolcan Villarricaglacier Pichillancahueparc national Villarricavolcan Laninbivouacstoptrekcamping


hola de villa cero castillo

23:34, 1/02/2013 .. Publié par aurelie et yannick
Bien content d avoir partage ce trek avec vous ! Et le repas de cloture ;-)

on a adopte votre ptit dej !

Bon trip a vius deux

les grenoblois

{ Page précédente } { Page 54 sur 99 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



Rubriques

Argentine
Avant le depart
Bolivie
Bresil
Chili
Equateur
Guyane
Paraguay
Perou
Preparatifs
Uruguay

Derniers articles

Articles Equateur

Sites favoris

Blog d'Aurélie et Yannick

Amis