A l'autre bout du bout du monde

Pucon: 1ère partie (15-20 Janvier)

Mardi 15 Janvier

Après un réveil bien matinal et un démontage de tente à la frontale à 5H30 du mat', nous prenons le bus de 6H40 en direction du Chili une nouvelle fois, et ce coup-ci, Pucon. Le passage de frontière est encore bien long, et notre bus tombe en panne dès notre arrivée au Chili. Heureusement, nous avions un mécano à bord, et nous repartons sur la piste montagneuse avec quelques soucis de boîte de vitesse. C'est finalement dans l'après-midi avec un peu de retard que nous arrivons à Pucon.

Pucon est une petite ville du Chili, située dans la région d'Araucanie, d'environ 15 000 habitants, sur les bords du lac Villarrica, entourée de montagnes, et bien sûr de volcans!! Dont le fameux volcan Villarrica qui surplombe la ville. Le décor est donc plutôt sympa: lacs, montagnes, volcans... que demander de plus?!
 
Malgré sa réputation de station lacustre touristique et branchée, nous avons tout de même choisi de faire escale ici car apparemment cette ville est le point d'accès à toutes les activités possibles de la région. Et nous ne serons pas déçus!!!...
 
En arrivant au terminal de Pucon, nous faisons la connaissance de Monica, une dame d'une cinquantaine d'années, qui tient une hospedaje non loin du centre. Elle nous y emmène en voiture et nous propose un prix très correct, sachant que nous avons prévu de rester une bonne semaine! 
 
A peine arrivés, nous partons dans le centre pour manger un bout puis commençons notre découverte de la ville. En effet, ça a l'air assez touristique de par les boutiques et les agences qui s'alignent dans la rue principale, mais la ville est à taille humaine, on s'y promène facilement d'un bout à l'autre, et c'est bien agréable. Nous découvrons pleins de panneaux devant les agences proposant l'ascension du volcan Villarica. Nous n'avions pas vraiment prévu ça au programme, mais ça semble être un incontournable de la région! Nous nous renseignons donc timidement auprès d'une agence pour savoir comment ça se passe, combien ça coûte etc... Le mec nous explique tout de A à Z, illustre son récit avec une petite vidéo, c'est super tentant!!! Par contre le prix proposé dépasse un peu notre budget, nous allons y réfléchir... La météo annoncée pour le reste de la semaine est au beau fixe, donc nous avons du temps pour nous décider.
 
Nous revenons à l'hospedaje tout en rêvant à une possible ascension... il faut qu'on le fasse, ça a l'air magnifique, c'est une super occasion à ne pas louper! Nous sommes fatigués, et nous nous emballons un peu... on en reparlera demain à tête reposée!
 
Mercredi 16 Janvier
 
Réveil bien tardif, la journée ne s'annonce pas très productive. Notre seule mission aujourd'hui sera de programmer notre séjour à Pucon. En une après-midi (il a bien fallu ça!) c'est chose faite!
 
Nous savons maintenant qu'il y a deux parcs accessibles autour de la ville: le parc national Huerquehue et le parc national Villarrica, comprenant le majestueux volcan. Dans ces deux parcs il y a la possibilité de randonner à la journée, mais surtout aussi de faire des treks allant jusqu'à 5 jours. Un petit trek de 4-5 jours ça nous dit bien, mais nous ne nous emballons pas et verrons comment se portent nos jambes et nos pieds après l'ascension du volcan. Et oui, ça y est, nous avons également booké notre tour: nous avons rendez-vous avec le cratère du volcan Villarrica Vendredi!! En attendant donc, pas de folie!!
 
Dans la région, il y a aussi la possibilité de faire du rafting, de découvrir la culture Mapuche (peuple natif qui vit encore en communauté dans cette région du Chili), de prendre un bain aux thermes, d'aller se dorer la pilule au bord du lac au milieu des touristes (pas trop pour nous!), bref! Pas de quoi s'ennuyer donc!!
 
Du bord du lac Villarrica, nous admirons le volcan qui nous paraît quand même bien haut! 
 
 
En effet, il culmine à 2847m tandis que Pucon se situe à 227m. Il s'agit d'un volcan à forte activité et d'ailleurs, nous apercevons des fumerolles... Il menace en permanence la ville de Pucon. D'ailleurs, dans le centre ville on peut voir un feu vert/orange/rouge signalant l'activité du volcan. Heureusement, il est bien calme en ce moment, et le feu reste au vert! Sa dernière grande éruption date de 1971 faisant une coulée de lave sur 14km, détournant plusieurs cours d'eau et faisant fondre les glaciers. Dans la ville, on peut voir plusieurs panneaux d'évacuation en cas d'éruption.
 
 
Plus loin, sur le bord du lac, s'alignent transats et parasols... on se croirait presque sur la côte d'Azur! 
 
 
Le long de la plage s'entassent les hôtels de luxe avec piscines... pas de doute ce coup-ci, Pucon est vraiment bien touristique! Nous fuyons vite ce coin là et rentrons au bercail!
 
Jeudi 17 Janvier
 
Encore un réveil bien tardif. Aujourd'hui est une journée de repos pour nous mettre en conditions physique et psychique avant d'aller affronter le volcan. Nous partons dans l'après-midi faire un tour à "Los Ojos de Caburgua", un site privé où on peut admirer de belles cascades avec une eau limpide, mais interdiction de s'y baigner!... C'est joli, on prend quelques photos...
 
 
 
et hop, on file à Caburgua! C'est un petit village au nord de Pucon, au bord du lac éponyme, connu pour sa belle plage: la playa negra. Elle n'a rien d'une plage de sable noir volcanique des Antilles, mais le décor est tout de même magnifique!
 
 
A 20H, nous avons rendez-vous à l'agence pour essayer nos chaussures pour l'ascension du lendemain! En arrivant là-bas, surprise!!! Nous voilà avec un groupe d'Israëliens qui ont eu la bonne idée de s'incrire pour l'ascension eux aussi!... Et oui, ils sont encore là eux!!! Et ils arrivent déjà à nous casser les oreilles! On verra bien demain s'ils sont toujours aussi bavards dans la montée!...
 
De retour à l'hospedaje, nous faisons la connaissance d'un couple de Grenoblois voyageant autour du monde: Aurélie & Yannick. Ils sont arrivés de Nouvelle-Zélande il y a deux semaines, et ont prévu eux aussi de faire l'ascension du volcan. Puis sur ce, nous allons nous coucher, une longue journée nous attend demain!
 
Vendredi 18 Janvier
 
JOUR J !!! 
Réveil à 5H15... il fait nuit, nous ne voyons pas encore le volcan, mais le ciel n'a pas l'air couvert. Nous jetons un coup d'oeil avant de partir: il est parfaitement dégagé!! Nickel, il n'attend plus que nous!!!
 
A 6H30, nous nous retrouvons tous à l'agence, avec 8 Israëliens et un couple de Brésiliens. Au total, nous sommes 12 pour aujourd'hui! On nous fournit tout l'équipement: crampons, gants, pantalon, manteau, piolet, et un "plastico" en guise de luge! Et oui!...
 
Nous passons l'entrée du parc et montons jusqu'à la station de ski à 1200m, au pied des remontées mécaniques... un peu antiques! 
 
 
Nous faisons alors connaissance avec nos guides: le notre s'appelle Pablo! Deux choix s'imposent alors à nous: monter à pied en haut de la remontée mécanique, et déjà se fatiguer pendant une heure, ou prendre le télésiège pour 7000 pesos chacun. Bon... sur ce coup-là on est un peu moins courageux, et décidons de prendre le télésiège pour déjà gagner 600m de dénivelé. Il n'en restera plus que 1050m! Mieux vaut ne pas trop s'épuiser avant les murs qui nous attendent! Et surtout, nous aurons ainsi plus de temps au sommet! Mais encore faut-il y arriver au sommet... Cinq des huit Israëliens ont la bonne idée d'attaquer directement à pied, ce qui ne nous laisse pas sans joie!
 
Nous montons à bord de l'embarcation de fortune: pas de barrière de sécurité au télésiège! Pas étonnant qu'il soit fermé en cas de vent!
 
Une fois arrivés en haut du télésiège, c'est parti! Nous débutons l'ascension. Nous partons en lacets dans la roche volcanique, le rythme est lent et constant, comme il faut! 
 
Arrive la première pause, nous voilà maintenant au pied de la neige. Déjà, nous avons un bel aperçu du paysage alentour. 
 
 
Nous ne chaussons pas les crampons car la neige est déjà bien molle. Premières consignes de sécurité de Pablo: la technique du piolet! Il faut toujours le planter du côté le plus haut (plus pratique!), et surtout bien le tenir de façon à ne pas le lâcher si jamais il nous arrivait de devoir le planter rapidement dans la neige en cas de chute ou de glissade imprévue. En effet, la pente est raide, Elise commence à avoir le vertige. Il ne faut pas trop regarder en bas et filer tout droit sans se poser de question. 
 
La pente est de plus en plus raide, il n'y a plus que de la neige. La Brésilienne commence à montrer des petits signes de faiblesse et à peiner derrière nous en râlant. Trente minutes de montée très progressive et nous faisons une nouvelle pause. 
 
 
Ca sera notre dernière avec la Brésilienne. Pablo remarque qu'Elise "tiene miedo", a la trouille, et lui propose de passer juste derrière lui, avec Guillaume derrière, ce qui se révèle bien rassurant et efficace! 
 
Les agences ont eu la bonne idée de venir en nombre aujourd'hui. Pas étonnant, vu le temps qu'il fait! Pas un nuage au-dessus de nos têtes! Le sommet du volcan est parfaitement dégagé, mais nous le perdons de vue au cours de la montée à cause du dénivelé. Quelques groupes impatients nous doublent par la droite dans la neige pilée, hors sentier, c'est hyper dangereux. Si jamais ils se mettent à glisser, ils nous emportent dans leur chute. Nous aimerions nous passer du plantage de piolet!
 
Nous poursuivons lentement notre ascension, péniblement pour la Brésilienne qui finit par se faire ramener à Pucon pendant que son homme continue tranquillement l'ascension... Une Israëlienne du groupe montre à son tour des signes de fatigue, la douleur dans les jambes la faisant bien ralentir. Pablo la prend alors sous son aile et c'est reparti. Mais nous sommes bientôt arrivés, il ne reste plus que 15 minutes!
 
Nous respirons à pleins poumons l'air frais d'altitude, avant de nous prendre des bouffées d'air souffré. Allez, plus que quelques efforts, on y est presque!
 
Après 4 heures de montée, et 1050m de dénivelé, nous y voilà, au sommet du volcan!! Premier aperçu des environs: nous ne sommes pas seuls, pas moins d'une centaine de personnes dispercées sur la neige, et autour du cratère.
 
 
Le voilà enfin ce fameux cratère!!! Nous posons immédiatement notre attirail et filons tout droit vers lui pour mieux l'observer... 
 
 
Waouh mieux vaut ne pas s'approcher tout près, la pente à nos pieds est enneigée et bien raide!! En revanche en face de nous, la cratère se présente comme un cirque de roche volcanique, noir, rouge, et jaune de souffre. Nous voyons quelques fumerolles sortir qui ne sont pas encore asphyxiantes. On se sent presque englouti par ce cône de chaleur qui se situe sous nos pieds... 
 
Pour la petite histoire, nous avons demandé à notre guide s'il est possible de faire l'ascension seul. Apparemment, trois mois plus tôt, un groupe de trois touristes ont eu la bonne idée de tenter, et sont portés disparus depuis. On dit même que "le volcan les a mangé". Gloups.
 
Nous nous détournons alors du cratère pour admirer le paysage. Nous surplombons tous les sommets alentours, sauf le volcan Lanin (que nous avons monté en partie la semaine dernière) qui culmine à 3747m à l'Est et le volcan Llaima au Nord, à 3215m. Devant le Lanin, le volcan Quetrupillan beaucoup moins haut (2360m) nous attend prochainement... 
 
 
Nous sommes donc entourés de volcans enneigés, de lacs... c'est superbe. La ville de Pucon nous parait bien petite au bord du lac Villarrica en bas. 
 
 
Nous assistons au départ fastidieux d'un parapentiste.
 
 
Nous prenons vite fait la pause déjeuner. Le cratère souffle alors beaucoup de fumée souffrée, nous nous étouffons presque tellement ça nous prend la gorge en mangeant! Il est ensuite temps de s'équiper pour attaquer la descente: pantalon et manteau imperméables, foulard,"plastico" et c'est parti. 
 
 
Devant nous, des toboggans creusés dans le neige, à force de passage. Pablo nous explique que certains peuvent se descendre avec le plastico sous les fesses et certains sans... c'est dire la raideur de la descente... 
 
Allez, plastico en place, c'est parti!! On descend à toute vitesse tels des bobsleighs, on sort presque du toboggan dans les virages, ça va à une vitesse folle, c'est excellent! On dévale les pentes du volcan à toute vitesse en enchaînant les toboggans! 
 
 
On s'aide un peu de notre piolet pour freiner, et on rentre dans quelques Israëliens qui n'avancent pas dans la descente. Manque de bol pour le Brésilien qui, lui, se prendra le piolet dans le front ce qui lui laissera un souvenir du volcan.
 
 
Nous arrivons en très peu de temps au pied du volcan, à la station de ski, où notre bus nous attend. Sur le chemin du retour nous visionnons avec Pablo les vidéos du parapentiste et de sa belle chute à l'arrivée. Puis une fois aux locaux de l'agence, nous restituons le matériel et nous rentrons à l'hospedaje, épuisés, mais des images plein la tête... 
 
Samedi 19 Janvier
 
Pour nous remettre de notre ascension, nous avons prévu de passer quelques heures aux thermes. Il y a dans la région une dizaine de thermes, ce serait donc dommage de ne pas en profiter! Et c'est parti direction Los Pozones. Le site se situe au fond d'une vallée, au bord de la rivière. Nous tentons de rentrer dans le premier bassin, mais là ça commence à nous brûler sévèrement le pied! Elise n'arrivera même pas à y rentrer, alors que Guillaume, plus persévérant et moins sensible au chaud, y rentrera doucement.
 
Nous enchaînons les bassins naturels dans les roches, plus ou moins chauds, il y a du monde, et quelques taons, encore et toujours! C'est très relaxant, ça nous shoote bien, on en ressort encore plus lessivé qu'après le volcan!
 
De retour à l'hospedaje, Martin, un français vadrouillant avec sa chilienne dans le pays, nous dit, un mouton dans les mains: "ce soir, on va manger le mouton!". Puis nous tombons sur Aurélie et Yannick, eux aussi devant la maison: "ils vont tuer le mouton!". Merde. Elise ne peut pas assister à ça, ni entendre les derniers cris de la bête, alors on s'éloigne vite dans la rue pendant que le massacre est entrain de se dérouler... 
 
Dans la soirée, une orgie d'agneau se prépare sur la terrasse à côté. Les Grenoblois tournent l'animal sur la broche, encore et encore. Martin fait couler le vin à flot, mais nous, nous préparons tranquillement un curry de poulet de notre côté dans la cuisine. Tant pis pour nous, nous ne participerons pas au méchoui de la soirée... Aurélie et Yannick nous apprennent qu'ils ont tenté de monter le volcan aujourd'hui, équipés, sans agence, et qu'à 5H du mat' ils étaient en bas de la piste. Malheureusement pour eux, le temps n'a pas été au beau fixe aujourd'hui, énormément de vent, et aussi des nuages sur le volcan ont fait que le sentier jusqu'au sommet a été fermé, et qu'il fut trop dangereux pour eux de continuer jusqu'au cratère. Ils seront quand même allés jusqu'à 2400m, puis ont du rebrousser chemin. Apparemment, ils seraient bien tentés par un trek dans le coin... nous en reparlerons demain!

Publié à 22:17, le 29/01/2013, dans Chili, Pucón
Mots clefs : caburguaplaya negralos ojos de caburguahospedaje monicaascension volcan Villarricacratèrethermesparapente


{ Page précédente } { Page 55 sur 99 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



Rubriques

Argentine
Avant le depart
Bolivie
Bresil
Chili
Equateur
Guyane
Paraguay
Perou
Preparatifs
Uruguay

Derniers articles

Articles Equateur

Sites favoris

Blog d'Aurélie et Yannick

Amis