A l'autre bout du bout du monde

Junin De Los Andes (12-14 Janvier)

De Villa La Angostura, nous partons en bus pour St Martin de Los Andes par la majestueuse route des sept lacs (qui sont en fait dix!). Devant nos yeux (et derrière la vitre!), les lacs se succèdent au fur et à mesure que nous avançons dans la basse montagne.

Il y a des campings au bord de chacun d'eux. Le bus y fait pleins d'arrêts pour faire descendre et monter des jeunes vacanciers argentins en sac-à-dos (ici on les appelle "mochileros" ou encore "patiperros"). Ils profitent des vacances d'été pour partir à la découverte de leur immense pays et ils ont bien raison!

En arrivant à St Martin de Los Andes, on aperçoit une plage au bord d'un lac, beaucoup de monde, des maisons et des rues bien tenues! Encore une petite station touristique! On a déjà donné et on veut se rapprocher du Chili! Arrivés au terminal, on reprend direct un bus pour filer à Junin de Los Andes, plus au Nord.

Dès la sortie de la ville, le paysage se modifie complètement, plus de lacs ni de forêts, on retrouve un paysage plus désertique, la steppe, avec toujours de la moyenne montagne.

Une heure de route plus tard, nous voici à Junin. Après avoir avalé quelques pâtisseries pour reprendre des forces, nous nous installons dans l'un des deux campings de la ville. Nous trouvons un emplacement ombragé, au bord de la rivière, on y est bien!

Nous repartons en ville pour trouver un restaurant où y goûter un des plat du coin: la truite. Et oui, apparemment les rivières du coin en grouillent! On se lèche les babines à l'idée de dévorer une truite accompagnée de pommes de terre "à l'espagnol"! Le plat arrive, on se regarde: "heu il est où l'accompagnement?" En fait on se retrouve avec une truite qui se bat avec 4 chips "maison", les fameuses pommes de terre "à l'espagnol". Bon tant pis, on fait quand même honneur au plat, mais l'accompagnement (pour le prix du plat) nous reste un peu en travers de la gorge (pourtant pas de quoi s'étouffer avec ça!). En partant, on fera une remarque aux serveurs dans l'indifférence générale, puis on rentre au bercail.

Le lendemain, rien à signaler, on se repose, c'est dimanche! Et il est vrai qu'on n'est pas mal dans ce camping, le cadre est joli et l'environnement familial nous plaît bien.

 
Lundi, nouvelle semaine, nouveau défi! Nous partons vers le parc national Lanin pour grimper (en partie) le volcan du même nom. Le temps n'est pas terrible et à l'entrée du parc, on nous dit qu'il n'est pas possible de prendre le chemin du volcan aujourd'hui car il va y avoir de la pluie et de l'orage en milieu d'après-midi. Mais plus on avance dans le parc et plus le temps se découvre. On va quand même la tenter cette ascension, nous descendons du bus au point de départ du sentier. Là, une "guardaparque" nous dit qu'il n'y a pas de soucis pour grimper au volcan, on s'enregistre et c'est parti!
Le temps de rando est estimé entre 8 et 11H mais il est déjà 11H et le bus qui nous ramène à Junin passe à 18H40. Hum! 7H40 pour tout faire: ça va être juste!!! On part donc sur un bon rythme en se disant qu'on verra bien si on peut aller au bout ou pas. Au loin, on aperçoit l'objectif, le volcan Lanin, à peu près découvert.
 
 
Sur le chemin, nous croisons beaucoup d'araucarias, des arbres qui font la fierté de la région. Et on comprend pourquoi, c'est un arbre préhistorique, qui existait déjà à l'époque des dinosaures!!!! Impressionnant!! 
 
 
Nous retrouvons également de vieux amis que nous n'avions pas revus depuis Petrohué: les taons! Et là encore, ils sont en nombre!
 
A un moment, sans trop savoir où nous en sommes sur le chemin, nous nous arrêtons manger. Il est déjà tard, ça nous paraît cuit pour rejoindre le point de vue sur le volcan et revenir à temps pour le bus. Mais juste près la pause déjeuner, dix mètres plus loin sur le sentier, nous tombons sur une pancarte "ultima subida, 45 minutos"! Déjà! Nous ne pensions pas être si proches, il ne reste plus qu'une montée! Tant mieux, on a juste le temps d'aller en haut, il faudra faire un retour rapide. Revigorés par notre repas, nous grimpons à toute vitesse au milieu de la forêt. Arrivés en haut, pas de chance, le volcan est couvert mais nous dominons les alentours.
 
 
 
On ne profitera pas longtemps de la vue, il faut déjà repartir. Nous descendons tels des cabris et finissons avec trente minutes d'avance sur l'horaire du bus: on est large!   
 
 
 
Demain, il faudra déjà repartir d'ici pour passer une nouvelle fois au Chili: direction Pucon.
 

Publié à 00:57, le 28/01/2013, dans Argentine, Junín de los Andes
Mots clefs : volcan Laninparc nationalcamping


{ Page précédente } { Page 56 sur 99 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



Rubriques

Argentine
Avant le depart
Bolivie
Bresil
Chili
Equateur
Guyane
Paraguay
Perou
Preparatifs
Uruguay

Derniers articles

Articles Equateur

Sites favoris

Blog d'Aurélie et Yannick

Amis