A l'autre bout du bout du monde

Bariloche (05-10 Janvier)

Après un périple d'une douzaine d'heures interminables en bus, nous arrivons à Bariloche samedi soir vers 21H. Le passage de frontière a encore été long. Vu qu'un des postes frontières a cramé le 31 décembre, forcément, certains doivent se rabattre sur celui-ci, comme nous d'ailleurs. Et puis ce sont les grandes vacances d'été ici donc le trafic doit être plus important que d'habitude. Cela dit, les paysages que nous avons traversés étaient magnifiques, mais, pour la plupart nous y repasserons plus tard, donc on en reparlera. 

En tout cas, nous voici bien arrivés à Bariloche, la plus grande ville de la région des lacs, la suisse argentine comme on l'appelle. La ville se trouve au bord du lac Nahuel Huapi et est entourée du parc national du même nom. Ici, nous avons prévu de dormir en camping. Nous attendons donc tranquillement qu'un bus se pointe pour nous y emmener. Mais, alors qu'un premier arrive, le chauffeur nous demande les "boletos". Quoi les "boletos"? On peut pas les payer dans le bus ici? Et bien non! Il n'y a plus qu'à refaire un tour dans le terminal pour les acheter. Pas si simple, quand nous nous pointons au kiosque, il est fermé. Des mecs à côté nous disent qu'on ne peut donc pas acheter de tickets aujourd'hui! OK, mais... comment on prend le bus alors? On n'a pas très envie de prendre un taxi pour la deuxième fois de la journée donc on va voir un bus qui s'apprête à partir. Il nous dit que pour 5 pesos chacun il va passer sa carte pour nous! OK, c'est parti! On ne sait pas trop si on se fait arnaquer ou pas mais bon, de toutes façons, pas le choix et puis c'est toujours moins cher que le taxi. On traverse le centre de Bariloche puis le bus nous dépose au bord de la route, le camping est en face, plus haut. Il est déjà tard donc nous espérons juste qu'il y aura de la place et que nous n'aurons pas à chercher autre chose. Nous arrivons à l'administration, pas de problème, nous pouvons poser notre tente. Bon c'est quand même pas donné, 100 pesos pour nous deux (parce qu'on y reste cinq nuits), mais c'est la pleine saison et puis il y a un coin cuisine, internet, de l'eau chaude... bref, le luxe! 

Nous installons la tente en vitesse (nous sommes devenus des vrais pros maintenant), puis nous allons nous faire à manger. Nous rencontrons alors Austin, un américain qui commence un tour de l'Amérique du Sud en vélo avec deux copines. Il vient d'enchaîner 2 ans de voyage et après un bref retour par chez lui, il repart en vélo pour quelques mois avant de retourner aux US gagner de l'argent! Il bosse dans la comptabilité ou pour les impôts, un truc comme ça et ne nous cache pas que son métier ne le passionne vraiment pas. Il se verrait bien ouvrir une auberge dans sa ville. On lui donne quelques infos pour son périple puisqu'il va vers le Sud, on s'échange nos FB, nos blogs et on va se coucher.

Le lendemain, nous allons en ville pour aller prendre des infos sur ce que nous pouvons faire ici. Nous partons à pied puisque nous n'avons toujours pas de "boletos" de bus.... pfff! Le temps, pas si mauvais en partant, se dégrade vite et il se met à pleuvoir vraiment fort! On se met à l'abri mais malheureusement ça ne passe pas. On arrive tant bien que mal et un peu trempé au bureau du Parc National Nahuel Huapi. Là bas, une fille nous renseigne sur les principales randos à faire. On va essayer d'en faire deux. Il y a aussi un mirador à grimper et une boucle en vélo donc tout ça devrait bien nous prendre 3 jours. C'est bon, notre programme est bouclé, on pourra donc repartir d'ici jeudi à priori. Et malgré le déluge d'aujourd'hui, la fille nous a promis que dès demain ça irait mieux. 

En attendant une éventuelle éclaircie, nous filons manger une bonne fondue! Et oui, ici, beaucoup de suisses ont immigré donc non seulement les paysages peuvent ressembler à la Suisse mais en plus on peut aussi y manger de la fondue et des chocolats!
 
 
Après ce bon repas, nous filons donc acheter du chocolat. Dans le magasin, on ne sait plus où donner de la tête, tout nous fait envie. Au final on ressortira avec une petite boîte d'à peine dix chocolats mais bon c'est pas donné donc c'est surtout pour goûter et nous faire plaisir! 
 
Ensuite, nous partons enfin nous renseigner sur les tickets de bus afin de savoir comment ça se passe. Malédiction, la boutique qui vend les tickets est fermée! Heureusement, pas très loin, nous trouvons un kiosque qui vend des cartes de bus. Nous pouvons enfin rentrer au camping en bus. Il pleut toujours! Nous avons peur de l'état dans lequel on va retrouver notre tente mais finalement tout est "encore" au sec. Demain, on veut se faire une rando donc on ne traîne pas, on mange et on se couche.
 
Le lendemain matin, le réveil sonne plusieurs fois en vain. On a du mal à se lever et le temps ne paraît pas top. On se permet donc une petite grasse mat' en attendant un temps plus propice. Et en effet, le soleil apparaît un peu plus tard. On prend le petit déj' et on part vers le Cerro Campanario, un mirador à grimper en 1H environ. Il est déjà tard donc c'est foutu pour une grosse rando aujourd'hui, on va se contenter de ça. Le bus nous dépose en bas du Cerro et nous partons pour l'ascension. Il y a bien un télésiège qui permet de monter au mirador mais on préfère marcher, et au moins c'est gratuit. Après 30 minutes d'une montée quand même bien raide au milieu de la forêt, nous arrivons en haut du Cerro. De là haut, le panorama est magnifique. Nous avons une vue à 360° sur les lacs et les montagnes! 
 
 
 
 
Par contre, le vent est tellement violent et si froid que l'on est obligé de sortir les bonnets!
 
 
Pour profiter de cette vue, on reste en haut un petit moment. Puis on redescend à toute vitesse pour prendre un bus et revenir au camping. 
 
Le lendemain, toujours pas de rando mais un réveil tardif. On file quand même louer des VTT. On arrive à 13H pile à l'agence, juste avant la fermeture! Le mec nous dégotte deux VTT et c'est parti pour le "Circuito Chico": 30km à parcourir + une douzaine aller/retour pour aller de l'agence au parcours. On a loué les vélos pour 4H donc pas de temps à perdre! Les six premiers kilomètres sont difficiles car il y a beaucoup de circulation. Puis enfin, on arrive au "Circuito". En fait, ça ne change pas grand chose, toujours pas de piste cyclable mais bon il y a moins de circulation, c'est moins dangereux et surtout bien plus agréable. Ca monte et ça descend mais on pète la forme: on avale les kilomètres! 
 
 
Et puis le paysage n'est pas dégeulasse, on longe le lac même si on ne l'aperçoit que de temps en temps et on est au milieu de la forêt! A mi-parcours, on profite d'un mirador pour s'arrêter manger avec la vue sur le lac.
 
 
Après cet arrêt express, on repart, toujours pas de temps à perdre, il faut rendre les vélos à l'heure. Ca descend, puis ça remonte fort, très fort! Guillaume déraillera même dans la montée. Encore un peu de temps de perdu même si on réussit à remettre la chaîne rapidement! Après cette belle montée, on est récompensé car la route offre, enfin, de beaux points de vue sur la région! Nous nous arrêtons aux miradors pour quelques photos puis nous repartons vite car notre temps est compté. 
 
 
 
 
Heureusement pour nous, ça descend jusqu'à la fin du circuito puis ça descend encore sur la route principale jusqu'à arriver à l'agence de location. Nous pensions être en retard mais le final en descente nous a permis de terminer rapidement. Il est 17H: 42km en 4H (pauses comprises), beau boulot! Par contre, nous sommes lessivés, les montées-descentes et la chaleur ont eu raison de nous. Heureusement, avec la location de vélos, nous avons une bière offerte à la brasserie du coin! Nous partons donc déguster une bière bien méritée. Malheureusement, il s'avère que ces bières gratuites ne le sont que si l'on prend quelquechose à manger. On est un peu dégoûté alors on hésite à partir puis finalement on décide de choisir le moins cher de la carte: une glace pour nous deux! On finit la journée par un classique arrêt au mercado puis on revient au camping. 
 
Le lendemain, le temps est aussi beau qu'annoncé, on va enfin se la faire cette randonnée. On prend le bus direction la station de ski du Cerro Cathédrale! Et oui! Ici, il y a aussi des stations de ski, celle-ci est même l'une des plus populaires d'Amérique du Sud! Rien que ça! Mais aujourd'hui, ce sera bien plus calme, la haute saison étant en juillet-août lors de l'hiver austral, on ne sera que quelques uns à descendre à la station pour s'attaquer au Cerro Cathédrale. Il fait très chaud, on recharge nos bouteilles d'eau et c'est parti! La première partie de la montée n'est pas très raide, on progresse vite. La végétation est plutôt basse, et nous permet d'avoir une nouvelle fois un joli panorama. 
 
 
Puis nous passons dans une forêt où nous croisons énormément de groupes de jeunes argentins. Sûrement des colonies ou des scouts. Une fois cette forêt traversée, nous attaquons la dernière montée, très raide et en plein soleil. Et puis, alors qu'on se demande si on va enfin arriver, on aperçoit un chalet: c'est le refuge qui annonce la fin de la rando! On grimpe encore mais c'est moins difficile quand on sait que c'est fini! Une fois en haut, on découvre un lac d'altitude, dans lequel les pics du Cerro Cathédrale se reflètent! On comprend d'ailleurs pourquoi on l'appelle le Cerro Cathédrale, ces pics sont tout simplement magnifiques. 
 
 
 
 
Bon, certes nous ne sommes pas les seuls à avoir eu l'idée de monter aujourd'hui et il y a beaucoup de monde, des jeunes argentins pour la plupart, mais ça vaut le coup. Après un pic-nic et une longue pause là-haut pour profiter du paysage, nous amorçons la descente. Celle-ci sera longue, très longue. On a pris un autre chemin qu'à l'aller et il ne semble jamais finir. Une fois en bas, nous sommes cuits, nous venons de faire 9H de rando! 
 
 
Alors qu'il nous reste un bout de route à parcourir pour rejoindre le bus, nous nous faisons prendre en stop par une argentine qui habite dans le coin. Elle nous conseille d'aller au Cerro Tronador, pas très loin d'ici en bus, proche de la frontière avec le Chili. Il y a quelques randonnées à faire et ça a l'air sympa. On comptait bien partir d'ici demain mais on pensait plutôt faire un détour par le sud pour randonner aux alentours d'Esquel. Une fois revenus au camping, après un arrêt "dégustation de chocolat" dans le centre, nous essayons de prendre une décision pour le lendemain: Tronador ou Esquel ou bien pourquoi pas Tronador et Esquel ensuite? Finalement, juste avant de se coucher, nous décidons de ne faire aucun des deux! Nous allons plutôt repartir vers le Nord au lieu de faire un détour et profiter encore un peu de la région des lacs côté argentin: direction Villa La Angostura pour quelques jours!

Publié à 22:39, le 18/01/2013, dans Argentine, San Carlos de Bariloche
Mots clefs :


{ Page précédente } { Page 58 sur 99 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



Rubriques

Argentine
Avant le depart
Bolivie
Bresil
Chili
Equateur
Guyane
Paraguay
Perou
Preparatifs
Uruguay

Derniers articles

Articles Equateur

Sites favoris

Blog d'Aurélie et Yannick

Amis