A l'autre bout du bout du monde

Carretera Australe - 2ème partie: Puyuhuapi - Raul Marin Balmaceda (22-26 Décembre)

Nous partons de Coyhaique tôt le matin, direction Puerto Puyuhuapi où nous allons passer Noël. Et c'est parti pour un trajet en bus de 5H sur la Carretera Australe. Le bus file d'abord à travers un décor de rivières, cascades, champs et montagnes, sur un chemin bitumé, et oui!! C'est chose rare ici! Mais ça ne durera pas bien longtemps puisqu'à partir de l'intersection pour Puerto Cisnes, nous entamons une route caillouteuse serrée, laissant à peine deux voitures se croiser. Parfois on se croirait même sur la route qui fait Anse Céron - Anse Couleuvre en Martinique tellement y'a de nids de poules! Dire qu'il s'agit de la route principale du Sud du Chili! La végétation est de plus en plus dense, presque tropicale. Pas étonnant, il ne fait que pleuvoir!! Contrairement à la Patagonie sud (en dessous de Coyhaique) qui est très sèche, peu vallonée sauf quelques massifs dispercés, la Patagonie Nord est quant à elle très humide, très verte, et bien montagneuse!  Les sommets ne sont pas encore très hauts, mais nous sommes belle et bien entrain de rouler sur une route de montagne. 

A l'approche de Puyuhuapi, nous longeons un long bras de mer dans les terres: il s'agit du fjord qui borde le village. On peut y voir des fermes d'élevage de saumon, très répandues ici. Et oui, le Chili est un gros producteur de saumon, c'est même le leader mondial avec la Norvège!

Puis nous commençons à distinguer quelques maisons, nous arrivons enfin au petit village de Puerto Puyuhuapi! Notre impression est encore la même: que fait ce village planté au milieu de nulle part?! Nous trouvons rapidement une petite hospedaje sympa où nous prévoyons de rester quelques jours. Il s'agit de l'hospedaje Valentina, face à la baie. Nous négocions 180 pesos par nuit pour nous 2, un peu plus que notre budget limite mais ça a l'air bien ici (ptit dèj, cuisine, et même internet qui était assez inespéré). En plus la femme accepte qu'on reste pour Noël et a l'air très sympathique.
 
Puerto Puyuhuapi est un petit village de 500 habitants, proche du parc national Queulat où nous avons prévu de passer un peu de temps. Il y a 4 mini mercados, une boulangerie, quelques hospedajes, apparemment quelques restos et c'est tout! C'est bien calme, il n'y a pas foule dehors, et en plus le temps n'est pas au beau fixe: toujours de la grisaille et de la pluie. Nous nous demandons déjà ce qu'on va bien pouvoir faire pour Noël...! 
 
La maîtresse de maison, Olga, nous a autorisé à utiliser sa cuisine. On décide donc de se préparer des pastas avec les moyens qu'on a pour une sauce. Et c'est là qu'on dit "Merci Chacha! Ta sauce est simple et délicieuse!!". Mais nous ne divulguerons pas la recette... C'est tout de même un peu gênant de cuisiner comme ça chez les gens, surtout qu'on occupe un peu leur lieu de vie, et qu'on prend un peu de place dans la petite cuisine! Olga nous dit "on s'en va, on revient dans 20 minutes, vous êtes seuls à la maison!". Ok, pani pwo, on garde la barraque! Impressionnant cette confiance, nous venons à peine d'arriver!
 
Le lendemain, nous nous levons tôt pour partir au parc. Nous avons du bol, il a l'air de faire beau dehors!
 
 
A 9H nous sommes sur le bord de la route à faire du stop. Il n'y a pas de bus pour aller au parc, c'est donc le seul moyen de s'y rendre! Le problème, c'est qu'il n'y a pas beaucoup de circulation... Nous voyons quelques voitures passer dans le village, mais aucune ne va en direction du parc... Nous attendons une heure et perdons un peu patiente. Nous avons vu en tout et pour tout passer 3 voitures! Finalement, après 1H15, un mec nous prend en stop. Nous filons à toute vitesse sur la Carretera en 4x4, puis il nous arrête un peu plus loin dans un mini port, où il a l'air de travailler. Il nous dit qu'il en a pour une dizaine de minute. Le temps est long, surtout qu'un mec chelou traîne dans les parages. Un pick-up s'arrête et nous embarquons à l'arrière, les cheveux au vent, sur la route toute cabossée jusqu'au chemin qui mène au parc. Il nous reste 5 km à parcourir à pied jusqu'à l'entrée mais finalement nous remontons à bord du pick up qui a décidé d'y faire un tour aussi! On lui a donné l'idée! Il s'agissait d'un couple de chiliens de Conception (plus au nord) avec leur enfant, qui étaient en vacances dans le coin. 
 
A 12H30 nous arrivons donc au parc national Queulat, et déjà nous pouvons apercevoir le glacier suspendu en haut de la montagne. Au bout d'un petit chemin de 200m nous avons déjà un joli point de vue sur cette étrangeté de la nature. 
 
 
Mais nous ne voulons pas en rester là. Il y a une rando de 6 km aller (estimée à 2H30) qui grimpe vers le glacier, d'où il y a également un joli point de vue. Allez on y va! Il ne faut quand même pas qu'on finisse trop tard, parce qu'on ne sait pas si on va avoir de la chance avec le stop au retour! Le chemin est très boueux, l'air est très humide, et la végétation très dense. Ca nous rappelle un peu les chemins de rando dans la forêt tropicale. L'ascension est longue mais finalement nous arrivons bien vite au bout du chemin, après 1H15! Le glacier est juste là devant nous! Nous pouvons voir ses cascades dégringoler vers un autre glacier en dessous. Par moment, quelques morceaux de glace se décrochent en haut et chutent en cascade de poudreuse.
 
 
 
De retour à l'entrée du parc à 17H, nous apprenons qu'un bus est susceptible de passer en direction de Puyuhuapi à 19H. Nous tentons quand même de faire du stop, mais encore une fois il y a très peu de voiture qui passent. On aura même vu passer devant nous un couple qu'on a croisé pendant la rando, nous regarder en s'éloignant... pas cool. Puis ensuite, une vache...! Nous commençons à desespérer.
 
 
 
Au bout d'1H15, notre temps d'attente fétiche, un énorme camion transportant un caterpillar nous embarque. Nous faisons alors la connaissance de Raul, jeune camionneur de 28 ans qui arpente toutes les routes du Chili du Nord au Sud, depuis Arica à Punta Arenas! Nous écoutons de la bonne musique argentine, et avons le temps d'observer les paysages. Il faut dire qu'on n'avance pas avec cet engin qui tire 27 tonnes au milieu des nids de poule. Au bout d'une heure (pour 20 km), nous arrivons au village, suivi de peu par le bus.
 
Au menu ce soir: salade de légumes et pains perdus! Maintenant que nous avons gouté au pisco sour, nous allons essayer de le faire nous même. Au final, ça ressemblera plus à un ti punch au pisco, plutôt qu'à un vrai pisco sour, mais c'est plus doux et ça passe bien quand même. Valentina, la fille d'Olga, a rafolé des pains perdus. Olga aura même pris note de la recette!
 
Le 24 Décembre, réveil difficile... Il fait un vrai temps de Patagonie dehors... mieux vaut donc rester au chaud et au sec! Nous préparons de bonnes crêpes salées, sucrées dont Valentina rafolera encore! Humm comme c'est bon! 
 
Une question se pose ensuite: qu'allons nous bien pouvoir faire pour le réveillon ce soir? Olga nous a proposé de les accompagner à la petite communion de Valentina à 18H à l'église du village. Pourquoi pas! Puis apparemment il y a un repas à la maison après. Nous n'avons pas compris si on y était convié aussi, mais espèrons bien que oui! 
 
18H approche, il est temps de nous mettre sur notre 31: polaire, pantalon de baroudeur, baskets, K-way, on peut le dire: c'est la grande classe! Nous arrivons à la minuscule église du village, il y a 4 jeunes communiants, et un prêtre assez âgé. Il serait venu exprès de Coyhaique aujourd'hui pour l'occasion. Nous sommes une 30aine, il y a même un couple de polonais. Eux ils ont l'air d'être ici plus pour être en communion avec Dieu ce soir, que pour assister à une messe de Noël au Chili. La messe est assez classique, avec peu de chants. Nous sommes quand même fiers de comprendre en partie ce que raconte le prêtre, on se dit qu'on a bien progressé en espagnol! La messe se clotûre par un "Dou-ou-ce nuit, sain-ain-te nuit" en espagnol ce qui donne "Noche de paz, noche de amor", ce qui rend un beau final et nous fait bien ressentir l'esprit de Noël. Ca y est, nous sommes nous aussi en communion avec Dieu! Yes!
 
Ensuite c'est séance photos dans le salon d'Olga, avec Valentina, et goûter au pan de Pascua pour la famille (ou pain de Pâques: gâteau aux fruits confits, pas mauvais).
 
 
Puis nous sommes appelés pour partager le repas. Super!! On va voir à quoi ça peut bien ressembler un réveillon de Noël au Chili, et surtout on ne va pas le passer tous les deux dans la chambre! En arrivant dans le salon, nous voyons disposées sur la table: patates à l'eau, salade de tomates-concombres. Puis voilà un membre de la famille qui se ramène avec un énorme plat d'agneau!
 
 
Ils ont fait griller un agneau entier! Nous sommes en tout et pour tout 8 adultes et 4 enfants seulement pour autant de viande! Tout le monde croque la viande à pleine dent, Guillaume se régale bien aussi! Le vin rouge chilien coule, excellent!
 
 
Nous discutons tant bien que mal avec l'oncle et un autre gars de la famille, un politicien de la région qui commence à être un peu cuit et à nous parler en espagn-anglais ce qui ne nous facilite pas la tâche parce qu'on capte rien à son anglais très limité! Ils nous expliquent qu'ils sont satisfaits du président chilien actuel de droite: Piñera... Nous ne prolongerons pas trop longtemps la discussion sur la politique. 
 
Quelque chose nous parait bien étrange: il y a à la gauche d'Olga qui préside la table, des couverts et une assiette vide. Nous nous demandons alors si nous attendons quelqu'un ou s'il devrait y avoir quelqu'un... En plus, Olga mange dans une petite assiette en nous disant qu'il n'y en a plus de grande, alors qu'il y en a une juste à sa gauche... Bizarre. Peut-être s'agit-il du couvert du père de Valentina, nous ne le saurons pas...
 
Les tables sont débarassées, et Olga nous amène la fameuse "Borgoña". Il s'agit d'un mélange de fruits rouges, de sucre, et de vin rouge, un peu comme une sangria, délicieuse! Cette soupe se boit comme du p'tit lait! Puis arrive l'énorme gateau préparé par une dame de la famille, succulent!! Elise en reprendrait bien un bout, mais il est temps de tout rembaler, et mettre les tables et les chaises de côté: place à la piste de danse!
 
Valentina ramène son ordi dans le salon, les enceintes sont installées... A votre avis, que peut-on bien écouter pour Noël? Une sorte de musique folklorique chilienne ou argentine, assez semblable au forro, avec de l'accordéon, ça se laisse bien écouter! Nous dansons tous ensemble, nous faisons même une ronde, la scène est très comique! Puis sur les coups de 2H du mat', le sommeil a raison de nous, nous allons nous coucher laissant les plus âgés de la famille sur la piste.
 
Nous aurons donc sans le vouloir passer un Noël à droite, mais en tout cas c'était une très bonne soirée bien mémorable! Et très sympa de la part d'Olga de nous avoir invités!
 
Le jour de Noël, le réveil est bien tardif. Nous passons la journée tranquillement à l'hospedaje, faisons un petit Skype avec les parents d'Elise (et Héliot), puis allons manger un saumon dans un "restau". Nous tentons de nous organiser pour le lendemain avec le politicien qui nous a proposé la veille au soir de nous emmener à Raul Marin Balmaceda, là où nous avons notre bateau jeudi matin. Il était en effet un peu cuit parce que ça lui conviendrait finalement plutôt de nous emmener seulement jusqu'à la Junta. Il nous dit se renseigner pour les éventuels bus mais pas de nouvelle de lui...
 
Mercredi matin, réveil matinal. En effet, si nous devons partir en stop jusqu'à la Junta, puis Raul Marin, il faut s'y mettre assez tôt vu la fréquentation de la route! Finalement, le politicien nous embarque à bord de son pick-up direction la Junta! Décidément aujourd'hui nous avons de la chance, en plus de ça il y a un bus pour Raul Marin à la Junta, nickel!! A 15H nous montons donc à bord du bus camionnette, nous arriverons à temps à Raul Marin! Le trajet qui s'annonçait galère en stop s'est donc passé comme sur des roulettes, et c'est tant mieux!
 
La route vers Raul Marin est la même que la carretera, voire pire. Il y a dans le bus une bonne femme qui se met à vomir tout ce qu'elle peut dans son sac plastique... Hum nous avons des relents qui nous arrivent dans les narines... Il est temps d'arriver! Après 2H de route, le bus monte à bord d'un bac pour retrouver l'autre rive du bras de mer où se situe le village. Nous arrivons à Raul Marin vers 18H, accompagnés d'une espagnol qui a eu la même idée que nous: prendre le bateau pour Chiloé depuis ce coin paumé. Nous partons direction l'Armada du Chili pour s'informer de l'horaire du passage de bateau: il est bien prévu pour 6H demain matin! Voilà au passage à quoi ressemble l'Armada du Chili à Raul Marin:
 
 
Nous nous installons dans une hospedaje en hallucinant des tarifs proposés ici, alors qu'il n'y a rien! Nous filons faire 2-3 courses pour prendre l'apéro devant les Simpsons en espagnol et se préparer des pastas dans la cuisine. Demain, il va falloir se lever bien tôt!
 
En effet, Jeudi matin, réveil à l'aube. Ah surprise, il n'y a pas d'électricité! Douches rapides à la frontale puis nous partons en direction du port alors que le jour ne s'est pas encore levé. Là-bas il fait bien froid, mais le décor est plutôt agréable.
 
 
Nous attendons le bateau qui n'arrive pas... Va-t-il vraiment passer? Les escales du bateau sont-elles toutes autant aléatoires que ses horaires? En tout cas s'il ne passe pas, on se retrouve comme des cons ici!
 
Finalement à 7H, le voilà! 
 
 
Une annexe du bateau vient nous chercher. En montant, nous découvrons l'orgie à bord: les passagers, essentiellement des locaux, viennent de Chacabuco ou plus au sud encore, et ont passé la nuit dans le bateau. Résultat: des gens allongés partout par terre, ou sur 4 sièges... Il y a des cabines, mais plus chères, du coup tout le monde s'installe où il peut comme il peut, sauf quelques touristes qui se sont payés le luxe d'avoir des cabines. 
 
Le bateau glisse entre des îles en direction de Chiloé, alors que nous ne pouvons lutter contre la fin de notre nuit. Nous nous tartinons aussi quelques pain-beurre-confiture avec du café. Dans quelques heures nous arriverons à Chiloé!
 
............................................................................................
............................................................................................
 
QUIZZ N°2:
 
Qu'est-ce que ceci?
 
 
A vos réponses!!!!!

Publié à 00:45, le 5/01/2013, dans Chili, Puyuhuapi
Mots clefs :


Commentaire sans titre

10:36, 5/01/2013 .. Publié par Une personne anonyme
du sauciflard qui a un peu froid

Petit oubli

10:42, 5/01/2013 .. Publié par Thibaut C.
Le premier commentaire est de moi (Thibaut)

du fromage ?!

12:33, 5/01/2013 .. Publié par Elise des lézards
du fromage ?!

Bonne continuation!

Commentaire sans titre

14:59, 5/01/2013 .. Publié par Mikl, Sabrina et Maëlle
Si c'est comme en France, on dirait du cervelas !!


Une bonne réponse!!!

16:47, 6/01/2013 .. Publié par Elise & Guillaume
La bonne réponse a été trouvée!!!.... Réponse en image dans le prochain article... suspens...!

{ Page précédente } { Page 62 sur 99 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



Rubriques

Argentine
Avant le depart
Bolivie
Bresil
Chili
Equateur
Guyane
Paraguay
Perou
Preparatifs
Uruguay

Derniers articles

Articles Equateur

Sites favoris

Blog d'Aurélie et Yannick

Amis